Élections municipales : news, pédia ou data ?

Les élections municipales françaises viennent de s’achever et bien entendu, le contenu de Wikipédia relatif aux communes françaises subit de nombreuses modifications suite aux résultats (souvent de manière irraisonnée). Une tendance qui apparaît depuis quelques années est le besoin de détailler au maximum les faits et les données relatives aux élections, notamment lorsqu’elles sont françaises.

Les pages créées sont très souvent des accumulations de données et de tableaux de résultats et de sondages, sans analyse, ni étude, en théorie Wikidata serait plus à même à accueillir ce type de contenu. Les élections sont aussi un phénomène d’actualité, donc Wikinews doit aussi accueillir ce genre de contenu. Malgré la finalité des projets Wikimedia, les pratiques font que Wikipédia aspire toutes sortes de contenu à la manière d’un trou noir.

Vue d'artiste d'un trou noir

Wikipédia serait-elle destinée à devenir un trou noir de l’information ? (420Ainsley, CC-BY-SA 3.0)

Élections actuelles et encyclopédisme

Savoir ce qui relève de l’encyclopédisme ou non lors d’une élection en cours est un marronnier qui enfle de plus en plus ; le cas de l’élection présidentielle française de 2012 avait été un bon exemple avec des tentatives de créations d’articles sur les programmes des différents candidats ou même l’existence d’un article très lourd (plus de 300 000 octets !) comportant une suite de tableaux et d’images, dont la lisibilité est limitée, retraçant le détail des résultats de l’élection. La conclusion de cet ensemble (des procédures de pages à supprimer avaient été lancées) est que du fait que ces informations sont fiables et reprises par des médias nationaux, il n’y a aucune raison de les retirer.

Que ce soit dans le domaine de l’actualité ou de la base de données (les élections font partie des quelques événements qui arrivent à concilier les deux), on note une certaine forme de rigidité face aux critères, aux sources et aux types de sources pour justifier aussi bien la création que la suppression d’un article. L’esprit d’analyse et l’esprit critique sont remplacés pour faire place à la seule question de savoir si l’information est diffusée à grande échelle par des médias de référence. Là où les critères de Wikipédia sont inadaptés, c’est que Internet est la globalisation et le partage de toute information à l’échelle du monde, ce qui fait que le moindre fait un peu sordide peut être repris par tous les médias du monde entier.

Cet aveuglement mène à une domination des médias de masse par rapport à la nature encyclopédique. Il importe peu de savoir si l’information relayée par les médias sont exactes ou non (dans certains domaines, on note même plus des erreurs grossières que des exactitudes), l’important est justement que la diffusion ait été faîte par un média rentrant dans les critères et surtout qu’elle ait été relayée par d’autres. L’encyclopédisme n’est alors plus de retranscrire ce qui a été retenu et analysé à un temps t+n, mais de retranscrire ce qui est retenu à un temps t.

Troupeau de moutons en Argentine

La prédominance des médias de masse amènerait-elle vers une forme de panurgisme irraisonné vis-à-vis des sources ? (writtecarlosantonio, CC-BY 3.0)

Données et actualité : il existe des projets Wikimedia pour ça

Revenons aux élections. À l’occasion des élections municipales, des pages détaillées ont été créées pour afficher les résultats dans chaque département et grande ville française de plus de 100 000 habitants. L’essentiel du contenu de ces pages est une suite plus ou moins longue de tableaux détaillant les résultats dans les communes les plus importantes des départements, avec parfois une petite contextualisation en introduction. Mais peu importe, à l’instar de leurs comparses de 2012, ces pages n’ont pas vraiment vocation à être labellisées un jour, il s’agit plus d’une base de données, or il existe un projet Wikimedia qui est une base de données : Wikidata.

Il y a près d’un an, j’avais estimé à tort que Wikidata était une erreur monumentale (qualificatif que je réserve à présent plutôt à Wikivoyage). La réalité est surtout qu’il s’agit d’un formidable outil qui permet de palier un manque nécessaire au traitement des informations communes à tous les wikis : la base de données. Or, nos tableaux des élections ne sont-ils pas autre chose que des éléments de base de données ? Il n’y a aucune analyse et rajouter du contenu en ferait des pages extrêmement lourdes à charger et qui provoqueraient des plantages du fait de la taille des tableaux et des éventuelles images, ce qui violerait les principes d’accessibilité et de synthèse. À partir de ces considérations, qu’est-ce qui empêche de transférer ces données sur Wikidata ?

Modèle de donnée de Wikidata

S’il existe un projet Wikimedia de base de données, pourquoi ne pas l’utiliser pour intégrer les bases de données de Wikipédia ? (HenkvD, CC-BY-SA 3.0)

Encyclopédisme, où es-tu ?

Victime de son succès, Wikipédia a de plus en plus de mal à exister et à s’imposer en tant qu’encyclopédie au sein du public. Aujourd’hui Wikipédia est plus connue comme le site où on peut tout trouver (quand ce n’est pas Google) que comme encyclopédie au sens strict ; d’ailleurs, le mot encyclopédie accolé à Wikipédia est complètement vidé de son sens et c’est la définition même du terme qui est aujourd’hui menacée. Car non seulement le public ne saisit plus la nature originelle de Wikipédia, mais cela touche également une certaine frange de la communauté avec des gens qui rédigent des articles de n’importe quelle nature sur n’importe quel sujet, pourvu que des sources fiables avec un minimum de qualité existent.

Cela amène à l’arrivée de pages complètement surréalistes pour une encyclopédie et souvent en manque total de synthèse. À force d’exiger une excellente exactitude et une excellente couverture des informations et des connaissances, on en oublie que l’un des piliers de la rédaction d’un article encyclopédique est la synthèse du contenu ; l’encyclopédie ne devient plus l’ensemble d’articles faisant état d’une synthèse de l’ensemble des connaissances humaines, mais un simple agglomérat d’informations plus ou moins organisées cherchant à être détaillées autant que possible.

Besoin de reconnaissance ?

La théorie voudrait que les projets Wikimedia soient un ensemble de projets dont la vocation est de transmettre le savoir. Chaque projet a pour cela un qualificatif qui lui est associé, renseignant sur ses objectifs et les types de contenu qu’il peut accueillir ou non. Ainsi, chaque projet est dissocié des autres de part sa nature et ses objectifs, mais y est également relié de part son contenu, car les différents projets sont inter-dépendants. En fonction de ce que veut faire un contributeur, il peut donc participer aux différents projets, surtout avec le SUL qui créé un compte automatiquement avec le même mot de passe.

Ensemble des logos des projets Wikimedia

Le système Wikimedia : un ensemble de projets en symbiose (Auteurs montage : Guillaume Paumier, Otourly, PiRSquared17 et Rillke ; © Wikimedia Foundation, voir conditions d’utilisations)

Pourtant, certains contributeurs refusent de contribuer à autre chose que Wikipédia (la grande opposition se fait notamment au niveau de Wikinews). Certes, on peut concevoir que l’on refuse de contribuer sur d’autres projets (chacun est libre de contribuer sur les projets qu’il souhaite), mais le problème arrive quand la personne veut absolument ajouter du contenu non-encyclopédique sur Wikipédia qui aurait sa place dans d’autres projets. Certains arguments avancés par ces personnes pour justifier leurs actions semblent montrer qu’elles recherchent une certaine reconnaissance par le biais de leurs contributions, et Wikipédia de par son trafic et la durabilité de son contenu est le projet le plus adapté à cet objectif.

Le succès de Wikipédia amène à un gros problème le concernant : on le transforme en trou noir absorbant tout type d’information. Le cercle initié est alors extrêmement vicieux ; le site ayant un fort trafic, on cherche à tout concentrer sur ce site pour que toutes les informations puissent être consultées, ce qui augmente le trafic et oblige à concentrer davantage… Il assez peu probable que le site Wikipédia disparaîtra dans quelques années, mais il semble à peu près certain que la nature encyclopédique est sacrifiée sur l’autel de la notoriété et de l’opportunisme.

Publicités

Wikipédien : une activité à haut risque ?

Contribuer à Wikipédia, c’est avant tout vouloir partager son savoir et en permettre sa libre diffusion. Cependant, comme dans la plupart des cas, les principes de Wikipédia sont des armes à double tranchant, car ils sont aussi bien utilisés par ses soutiens que ses détracteurs. La majorité des wikipédiens sont des personnes anonymes contribuant sur des sujets qui ne peuvent pas réellement générer de polémique. Il existe cependant des cas (notamment les personnes vivantes ou les entreprises en activité) qui deviennent plus sensibles, car les sujets des articles et/ou leur partisans essayent parfois d’améliorer à leur façon certains articles les concernant. Et si jamais un ou plusieurs wikipédiens s’en mêlent, ils peuvent devenir la cible d’attaques. Être wikipédien deviendrait-il une activité risquée ?

Photographe de guerre britannique pendant la 2 GM

Contribuer à Wikipédia : une activité risquée pour l’individu ? (No 5 Army Film & Photographic Unit, DP)

Wikipédia et les personnalités : l’éternelle méprise

De par son excellent référencement dans les moteurs de recherche (notamment Google) et son très large champ d’application, Wikipédia est devenu un site presque incontournable pour toute personne souhaitant se renseigner sur un sujet. Par conséquent, de nombreuses personnes, entreprises ou autre structure cherchent à donner la meilleure image d’eux-même sur l’encyclopédie en ligne ou à se donner une notoriété qu’ils n’ont pas encore. Dans le premier cas, des personnes plus ou moins affiliées aux sujets des articles considérés cherchent à modifier l’article en lissant l’image de la personne ou de la structure en supprimant les passages qui pourraient porter préjudice et en mettant en valeur des qualités (existantes ou inventées). Dans le second cas, on chercher à imposer un article qui ne répond pas aux critères d’admissibilité de Wikipédia.

L’un des plus grands problèmes qui persistent est celui que la plupart des personnes ou institutions n’ont pas compris le but et le fonctionnement de Wikipédia. À ce titre, elles pensent que Wikipédia est un lieu comme LinkedIn, où l’on peut référencer n’importe qui et qu’elles ont un droit de regard (quand elles ne sont pas propriétaires) sur le contenu des articles les concernant. Cela amène parfois à des conflits plus ou moins importants entre des personnes souhaitant intervenir sur un article les concernant pour supprimer des informations les dérangeant, violant de fait la neutralité de point de vue (si ces informations disposent de sources vérifiables), et la communauté wikipédienne ; et les suites de tels conflits sont assez variables selon les cas.

De la mauvaise foi à l’attaque personnelle

Parmi tout ce joli monde, il existe bien entendu des personnes raisonnables qui comprennent vite ce qui ne va pas dans leur manière d’agir et qui se montre conciliantes ; aussi, les propos qui suivent ne s’appliquent qu’aux cas de personnes qui semblent vouloir partir en guerre contre Wikipédia, parce que la communauté n’a pas souhaité se soumettre à leur caprice.

Portrait de Napoléon III

« Je veux, alors obéissez ! » (Alexandre Cabanel, DP)

Apprendre que l’on n’a pas suffisamment de notoriété (dans le sens que nous faisons l’objet de critiques et d’analyses sur le long terme par des experts) heurte souvent l’ego de certaines personnes, tout comme le fait d’apprendre que non, elles n’ont aucune prérogative sur un article de Wikipédia dont elles sont le sujet. Plutôt que d’admettre cela, ces personnes rentrent dans un mécanisme de mauvaise foi où elles tentent d’abord de démontrer leur admissibilité par le biais de sources peu pertinentes et lorsque cela leur a été signalé, elles rentrent de manière plus ou moins automatique dans le processus de l’attaque personnelle, voire généralisée.

Dans ces attaques personnelles, on suppose que le détracteur est en réalité un incompétent qui passe juste son temps à satisfaire ses plaisirs et son pouvoir de petit chef. Lorsque l’attaque personnelle mène au blocage, soit la personne cesse, soit elle utilise son blog, son compte Twitter (ou autre réseau social) pour dénoncer la tyrannie qu’elle aurait découverte sur Wikipédia, soit en restreignant la communauté à un groupe de dictateurs en herbe, soit en se lançant dans des campagnes de diffamation envers ceux qui ont commis l’affront de les contester.

Des complotistes aux justiciers

Il existe des cas plus extrêmes de personnes souhaitant insérer ou faire disparaître des informations au nom de divers principes. Il existe par exemple des cas de personnes qui imaginent que Wikipédia est subordonnée à des organisations qui veulent faire taire la vérité qu’ils portent ; et qu’à ce titre, Wikipédia est coupable de censure honteuse qui empêche ces nouveaux prophètes autoproclamés d’illuminer le monde de leur lumière. Il est en effet impensable pour ces détenteurs de la bonne parole d’être en tort ; il existe nécessairement des forces obscures qui veulent les faire taire et qui ont infiltré la communauté de Wikipédia.

BD des cabalistes anonymes wikipédiens

Attention ! Wikipédia est infiltrée par des organisations qui censurent tout ! (Rama, CC-BY-SA 2.0)

Dans des cas encore plus extrêmes, il y a carrément des gens qui souhaitent porter plainte contre Wikipédia pour des motifs très risibles, dans la majorité des cas. La plupart des cas sont toujours les prophètes autoproclamés de la vérité qui menacent de porter l’affaire devant les tribunaux, car Wikipédia violerait des lois (qui n’existent que dans leur imagination). En revanche, il existe aussi des personnalités publiques assez puissantes qui n’hésitent pas à utiliser l’appareil judiciaire (généralement pour diffamation) afin de faire retirer un contenu à leur désavantage.

L’anonymat : la meilleure défense des wikipédiens

Certaines critiques de Wikipédia (et souvent parmi les plus virulentes) fustigent l’usage d’un pseudonyme et de l’anonymat sur l’encyclopédie. Selon eux, il s’agirait d’un manque de courage de la part des wikipédiens qui ne voudraient pas faire face à leurs responsabilités sur le contenu, notamment en cas de conflit avec une personne ou une organisation. En réalité, il ne s’agit pas plus d’une fuite des responsabilités que d’une protection nécessaire à l’encontre des pressions qui peuvent être exercées sur les wikipédiens (qui sont d’autant plus forte s’ils ont des statuts techniques, comme les administrateurs). Les deux principales garanties de l’indépendance de Wikipédia sont l’absence de publicité et l’anonymat.

Que se passerait-il s’il n’y avait pas d’anonymat ? Nous aurions une multiplication des cas comme celui de Rémi Mathis en avril 2013 ou celui de Diu en Grèce, avec des poursuites judiciaires pour tout et n’importe quoi. Il existe même des cas de chercheurs contribuant à Wikipédia en dévoilant leur identité réelle, et dont le chef du laboratoire pour lequel ils travaillent reçoivent régulièrement des coups de téléphone de la part de personnes en conflits avec ces chercheurs sur Wikipédia, pour se plaindre et/ou exiger le renvoi de ces derniers pour des motifs extérieurs à leur travail de chercheur.

Black out de Wikipédia en anglais de janvier 2012

Où serait la protection contre la censure sans l’anonymat ? (Japs 88, CC-BY-SA 3.0)

Pour conclure, le véritable risque pour un wikipédien est de contribuer à visage découvert. Avec l’accroissement de Wikipédia dans la vie des internautes, de plus en plus d’intérêts privés se penchent sur les articles les concernant pour masquer des informations gênantes et pour se montrer sous un jour plus favorable. Estimant avoir la loi de leur côté, car étant personnellement concernés par le contenu, certains n’hésitent pas à faire marcher l’appareil judiciaire ou, s’il n’en ont pas les moyens, d’entamer une campagne de diffamation à l’encontre des contributeurs avec lesquels ils sont en conflit.
Face à cela, l’anonymat est une garantie très sure, car la Wikimedia Foundation est peu encline à dévoiler les informations personnelles des utilisateurs de ses sites et l’anonymat protège la réputation de la personne morale qui est derrière le pseudonyme.

Vie privée : vers une banalisation de l’espionnage de masse ?

Les scandales des écoutes de la NSA montrent que les réseaux sociaux sont des cibles privilégiées des services de renseignement. Dans un Internet qui devient la cible de toutes les organisations, gouvernementales comme non-gouvernementales, pour lesquelles la vie privée est un obstacle, les réseaux sociaux deviennent des lieux incontournables de ce qui se passe sur le web et engrangent toujours plus d’utilisateurs. La destruction de la vie privée risque t-elle de nous conduire vers une société où l’individu n’existe plus ?

Antennes du GCHQ

L’espionnage de masse annonce t-il une société ouverte où l’individu et l’intimité n’ont plus leur place ? (Nilfanion, CC-BY-SA 3.0)

La société de l’ego

La société change avec les révolutions et la notre n’échappe pas à la règle. Avec la révolution d’Internet, les codes et les rapports entre les individus changent sur tous les plans, aussi bien sur le réseau que dans ce que l’on nomme parfois la vie réelle. Grâce aux nouveaux moyens technologiques et du fait que les médias de masses créent des idoles éphémères, les gens peuvent et veulent mettre en avant leur propre personnalité et leurs actions. Ainsi, par le biais des réseaux sociaux, ils exposent leurs actions, dans le but de les faire connaître et de les partager (quel que soit le degré de l’ego utilisé). La personne devient par conséquent une personnalité publique (certes à petite échelle).

En effet, la société semble aujourd’hui exiger de ses membres à ce qu’ils s’exposent publiquement, à ce que nous ayons tous une vitrine publique pour que nous puissions tous bénéficier des bienfaits de la vie publique. Cependant, on omet de préciser qu’avoir une vie publique se fait au détriment de la vie privée et que le voyeurisme vis-à-vis de cette dernière augmente au fur et à mesure que l’on devient de plus en plus publique. Par analogie, on pourrait placer la vie privée et la vie publique de part et d’autre d’une balance ; dans cette configuration, le gain de poids de l’une se fait toujours au détriment de l’autre. L’inconvénient avec Internet est que l’ajout de poids à la vie publique au détriment de la privée est une action irréversible.

Avec une telle situation, il est bien plus aisé de faire accepter des pratiques immorales, comme l’espionnage de masse, qui détruisent la vie privée, car la société exige et accepte de fait l’absence de vie privée pour ses membres. Le résultat est que à terme, la société n’accepte en sont sein que ceux qui font la démarche de sacrifier leur vie privée et de la transformer en vie publique. Étrangement, ce genre de pratique fait écho avec des cérémonies d’initiation permettant l’entrée dans certaines sectes aux pratiques douteuses et peu recommandables…

Facebook man

Avec les réseaux sociaux, nous ouvrons notre journal intime au monde entier et ce, pour l’éternité. (Maxo, CC-BY 3.0)

La fin de l’individu et de l’altruisme

Et si l’espionnage de masse était définitivement banalisé ? Et si les citoyens n’avaient plus aucune intimité ? Irions-nous vers une société où le citoyen honnête est celui qui dévoile toutes ses actions, tandis que le criminel en puissance serait celui qui chercherait à les cacher ? Cela semble en tout cas être la mentalité qui règne dans une partie de la société où l’on considère que non seulement il est normal que l’État sache tout de nous (oubliant que l’intimité ne s’arrête pas aux commentaires débiles sur Facebook ou aux courriels sans contenu important), mais qu’en plus, celui qui veut protéger sa vie privée cherche à cacher quelque chose, un quelque chose qui est forcément suspect.

Cette suspicion infondée est en fait un comportement humain tout ce qu’il y a de plus normal. Une chose que l’on ignore est une chose inconnue, or l’Homme a une peur bleue de l’inconnu et imagine le pire (et considère rarement le meilleur). De ce sentiment sous-jacent naît en partie le principe que cacher quelque chose est mal et que tout savoir est nécessairement bien. Le plus inquiétant dans cette affaire est que l’individu se détruit lui-même en niant sa propre intimité et celle des autres. Paradoxalement, cet individualisme peut aussi être à l’origine d’un égoïsme fondé sur le déni de la réalité selon lequel, ces affaires d’espionnage de masse ne concernent que les autres et donc qu’il n’y a pas de raison de se soucier d’une chose qui ne nous concerne pas.

Protéger sa vie privée : bientôt un délit ?

Si la très grande majorité des citoyens était connectée aux réseaux sociaux et y racontait sa vie, on pourrait envisager que la cible privilégiée des agences de renseignement deviendraient les personnes qui n’y sont pas connectées. Dans un futur proche et sombre, la non-divulgation de sa vie privée pourrait bien devenir un délit de facto, voire même un jour de jure. Dans certaines parties de la société, cette mentalité est déjà bien ancrée ; ainsi, Tor subit parfois des accusations d’être un nid de criminels et terroristes en tous genres, alors que le réseau est à la base utilisé à la fois par les personnes vivant dans des pays où l’Internet est contrôlé (Chine, Iran…) et par des personnes qui cherchent à protéger leur vie privée tout en naviguant librement sur le réseau, et ce de manière honnête.

Logo de l'HTTPS

Protéger sa vie privée, bientôt un délit contre l’État et la société ? (Rock1997 & Fabio Lanari, CC0)

Il est cependant clair que nous sommes à une période charnière où l’espionnage de masse et la vie privée sont dans un lutte à mort. Selon les réactions et la mentalité qui l’emportera au sein de la société, les citoyens accepteront de défendre ce qui fait partie de leurs libertés et droits fondamentaux, ou bien accepteront de les sacrifier sur l’autel de la sécurité, menant vers toutes les dérives possibles et imaginables pour le futur.

Benjamin Franklin : « Ceux qui sont prêts à abandonner une liberté fondamentale pour obtenir temporairement un peu de sécurité, ne méritent ni la liberté ni la sécurité. »

Le cercle vicieux de la peur et de l’extrémisme

Internet. Un mot qui désigne un réseau dimensionnel et planétaire unique, mais qui a une connotation négative dans l’inconscient d’une partie des couches de la société. Pour certains, ce mot exprime l’ignorance et la bêtise, pour d’autres les réseaux sociaux et le narcissisme exacerbé, ou encore la domination américaine sur le monde… L’un des grands paradoxes du début de ce siècle est précisément l’Internet et la vision mitigée que la société en a.

Pourquoi ce réseau mondial et décentralisé, qui n’a pour seule raison d’exister celle d’être un lieu de libertés, d’échange et de partage à une échelle globale, peut-il être considéré de manière à la fois négative et aussi étriquée ?

La peur de la société

La première chose est que l’Internet, malgré lui, inquiète, voire même, fait peur. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’une chose peu connue, or l’être humain réagit à l’inconnu par la peur qui conduit souvent à l’agressivité. Alors que nous devrions faire preuve de curiosité et d’audace vis-à-vis du réseau, nous en avons peur et n’osons ne rien y faire, préférant laisser faire ceux qui s’y connaissent. Une chose qui est très dangereuse, car le refus de connaître une chose nous entête à mal la considérer, sans parler qu’une telle ignorance volontaire mène à la naïveté vis-à-vis des dangers qui peuvent aussi la caractériser.

Les élites détenant le pouvoir et le savoir ont également peur de l’Internet, car il est leur concurrent le plus direct et la remise en cause de leur pouvoir. À ce titre, ils font tout pour le dénigrer et alimenter les peurs et méconnaissance que nous avons vis-à-vis de l’Internet. Dans leur discours, le réseau mondial est au mieux un repaire de no-life acculturés, au pire, un réseau de criminels à mettre incessamment sous peu derrière les barreaux.

Quand la peur mène à l’extrémisme

S’inquiéter d’une chose peut mener à des chemins dangereux, parfois extrémistes. Et pour l’Internet, comme pour bien d’autres choses, ce constat est très flagrant. Il y a notamment l’extrémisme élitiste, qui consiste à attaquer systématiquement l’Internet et ses acteurs afin d’alimenter les peurs et la méfiance constante vis-à-vis du réseau. À leur prétendue lumière, ils opposent ce qu’ils considèrent comme étant une anomalie génétique dans leur monde parfait et conformiste. Ils font passer l’Internet pour un lieu dangereux, où les pires choses arrivent, tenu par des ignorants et des criminels en tous genres.

Les conséquences de cela sont l’arrivée de comportements extrémistes au sommet des structures étatiques qui tentent de contrôler l’Internet au nom de prétextes alimentés par ces peurs. Ainsi, le contrôle total de l’Internet serait nécessaire au nom de la lutte contre la criminalité et au nom de la sécurité nationale, comme si les cibles annoncées se baladaient dans la partie visible de l’Internet, alors qu’elles naviguent dans des zones plus sécurisées et bien plus secrètes, où l’internaute lambda n’y va jamais (ou alors y arrive par accident). Sans parler que derrière, l’état devient paranoïaque et considère tout humain présent sur l’Internet comme un criminel en puissance.

L’extrémisme des classes dominantes se produit lorsqu’elles s’aperçoivent que leur pouvoir est en train de leur échapper. Elles se montrent alors de plus en plus répressives pour tenter de rester sur leur trône qui leur revient (paraît-il) de droit divin. Cependant, le principe de la démocratie qui est l’un des fondements de l’Internet et de nos sociétés modernes est que ce soit le peuple qui décide de sa destinée, sans être conduit par une minorité prétendument supérieure. Cette minorité voit son pouvoir contester et lui échapper et personne ne la pleurera quand elle rendre ce qu’elle n’aurait jamais dû s’accaparer.

6 janvier 2014 : un an de blog déjà

cropped-logo-pied1.png

Le temps passe relativement vite pour un homme, mais il semble bien plus long pour un internaute. C’est du-moins l’impression que j’ai lorsque je fais une petite rétrospective de l’année écoulée, car aujourd’hui le présent blog souffle sa première bougie. Mais si pour l’être humain qui tape sur le clavier de son ordinateur, la date de sa création remonte à hier, pour l’internaute qui tient ce blog, cela semble remonter à une éternité ; peut-être est-ce parce que l’année 2013 a été riche en événements sur l’Internet.

Si ce blog était à la base surtout destiné à parler des projets de la Wikimedia Foundation, il s’est rapidement retrouvé dans une spirale bien plus grande pour atterrir dans le vaste monde de l’Internet libre, de la culture libre et de leurs défenseurs. Plus que jamais, je destine ce blog à la défense de l’idée de culture libre et d’un réseau libre et indépendant de toute structure étatique ou supra-étatique.

À l’occasion de ce premier anniversaire, je me permet de faire un petit bilan rapide de mon activité sur ce blog au cours de l’année écoulée avec une chronologie et quelques statistiques. Ce 6 janvier 2014 n’est pas seulement la date anniversaire de ce blog, mais également celle de la CNIL, fondée le 6 janvier 1978, soit 35 ans avant la création du présent blog ; aussi, bon anniversaire à la CNIL !

Chronologie

Statistiques

Bilan

  • Articles publiés : 108 billets + 2 dossiers
  • Vues cumulées : 10 059
  • Visiteurs cumulés : 5276
  • Nombre de vues par visiteur : 1,91
  • Commentaires : 262

Consultations par pages et par jour/mois

  • Page la plus consultée : Wikipédia : crash journalistique pour Lyon Capitale (1er juin 2013)
  • Page la moins consultée : La culture : une notion sans loi (1er décembre 2013)
  • Consultations moyennes par page : 71,87 vues
  • Mois avec le plus de vues : Avril 2013
  • Mois avec le plus de visiteurs : Juin 2013
  • Mois avec le moins de vues : Décembre 2013
  • Mois avec le moins de visiteurs : Décembre 2013
  • Moyenne mensuelle de vues/visiteurs : 838,25 vues / 439,67 visiteurs
  • Moyenne quotidienne de vues/visiteurs : 27,56 vues / 14,45 visiteurs

Consultations par pays

Où êtes-vous principalement situés ? En Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Afrique de l’Ouest.

  1. France : 8 116 vues (80,68 %)
  2. Suisse : 501 vues (4,98 %)
  3. Belgique : 310 vues (3,08 %)
  4. Canada : 241 vues (2,40 %)
  5. États-Unis : 156 vues (1,55 %)
  6. Maghreb : 120 vues (1,19 %)
  7. Reste du monde : 615 vues (6,12 %)

Après avoir fait ce bilan, quels sont les projets pour l’avenir ? Continuer à tenir ce blog bien entendu, car rien n’est encore fini. Dans les semaines qui suivent, je prévoie de publier un web-livre, librement téléchargeable, qui compilera les billets du présent blog, ainsi que des billets de mes collègues Calimaq et Desert de sel, à propos de la réforme du droit d’auteur.

À cette occasion, je rappelle de la Commission européenne a lancé une consultation citoyenne pour envisager une réforme du droit d’auteur à l’échelle européenne. J’appelle un maximum de citoyens de l’Union à répondre à cette consultation afin de permettre un premier changement qui permettra plus de justice dans le système du droit d’auteur, mais aussi pour empêcher un durcissement du droit en vigueur qui est également prévu dans le texte initial de la consultation.