Wine : l’ami de l’étudiant libre

Logo de Wine

Logo de Wine (TotoBaggins, licence GNU 1.2 et CC-BY-SA 3.0)

La plupart des logiciels spécialisés que nous utilisons quand nous sommes étudiants sont des logiciels conçus pour Windows avec l’extension .exe. Un problème vous pourriez dire pour une personne comme moi qui utilise Linux, mais c’est un problème qui se contourne facilement avec un logiciel nommé Wine.

Qu’est-ce que Wine ?

Wine est un logiciel libre, publié sous licence LGPL, permettant d’exécuter des programmes Windows sous d’autres systèmes d’exploitation, comme Linux ou Mac/OS. En grande partie conçu par une communauté de bénévoles (environ 50 % du code), une partie de son code est fourni et soutenu par des intérêts commerciaaux. Toujours en cours de développement (version actuelle stable : 1.4.1), il peut soutenir la plupart des programmes Windows ; le développement de Wine est l’un de plus longs de tous les logiciels libres, démarré dans les années 90, le projet Wine n’a vu la version 1.0 stable du logiciel sortir qu’à la mi-2008.

Avoir Windows sur Linux

Quel est l’intérêt d’avoir Wine sur Linux pour y faire fonctionner des programmes Windows quand je vous ai dit il y a quelques temps qu’il existe de nombreux logiciels libres performants plus ou moins spécifique que les étudiants peuvent utiliser ? Parce que la plupart des logiciels spécialisés utilisés par les étudiants ne sont théoriquement utilisables que sur Windows ; Wine permet donc de pallier ce problème pour les étudiants possédant Linux comme système d’exploitation, ou même Mac/OS.

Un outil de diversification

De plus, Wine permet de diversifier ses logiciels en ayant des logiciels libres tout en possédant des logiciels propriétaires très performants. La diversification des logiciels est notamment utile pour tout amateur ou futur professionnel en informatique qui ne sera pas toujours confronté à des logiciels libres ou à Linux ; bien comprendre l’informatique c’est aussi en connaître tous les aspects, même ceux qui ne correspondent pas à nos valeurs. La diversification des logiciels permet également une diversification des tâches pouvant être effectuées sur l’ordinateur, ce qui amène à une plus grande polyvalence de nos compétences et savoirs-faire en informatique.

Maîtriser un nouvel outil en informatique nécessite de s’entraîner régulièrement pour ne pas perdre la main. Pour prendre un exemple personnel, nous avons appris en TP d’informatique l’utilisation d’un logiciel nommé TriDraw permettant de réaliser des diagrammes de classifications sédimentologiques à partir de données extraites depuis un tableur. Bien qu’extrêmement simple à installer, ce logiciel ne marche que sous Windows (fichier .exe), ce qui n’est guère possible de faire sous Linux sans avoir Wine. À partir de Wine, je peux faire fonctionner ce logiciel sur mon ordinateur et ainsi m’entraîner à l’utiliser chez moi, et non pas attendre d’être dans une salle informatique de l’UFR pour m’entraîner sous Windows.

Wine permet de s’affranchir de la barrière que constitue l’absence de Windows pour certains logiciels. Bien que Microsoft semble prendre au sérieux le potentiel de Wine et tente aujourd’hui de développer des techniques pour empêcher l’utilisation de Wine sur ses nouveaux logiciels, je pense bien que Wine est aujourd’hui la meilleure alternative qu’un utilisateur libre puisse avoir pour bénéficier des quelques avantages à avoir Windows, aussi bien pour travailler que pour… jouer :D.

En savoir plus

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

Étudiants et logiciels libres

Il devient aujourd’hui de plus en plus difficile de se passer de l’informatique lorsqu’on est étudiant. Une bonne partie des travaux demandés sont effectués à l’aide de l’informatique, aussi bien en terme de support de rédaction qu’en terme de méthode de recherche (ne pas oublier cependant que les livres des bibliothèques universitaires sont aussi de très bons outils dont il ne faut en aucun cas se priver). Pour bien effectuer ces travaux, il faut aussi avoir les bons logiciels adaptés et de nombreux logiciels libres le sont. Les étudiants formant une masse fragmentée en une multitude de champs d’études, je ne présenterai que les logiciels libres de base que chaque étudiant devrait avoir.

La liste suivante n’étant pas exhaustive, n’hésitez pas à me faire part en commentaire d’autres logiciels que je n’aurai pas cité et qui vous paraîtraient utiles.

Pourquoi les logiciels libres ?

L’utilisation des logiciels libres confère de nombreux avantages par rapport aux logiciels propriétaires. Une grande partie des logiciels libres ont une qualité comparable, sinon supérieure, à celle des logiciels propriétaires. Ils présentent aussi l’avantage, pour la plupart, d’être simples à utiliser avec une interface relativement agréable. De plus, il existe des documentations bien détaillées rédigées par les créateurs des logiciels ; en cas de problème avec le logiciel, il est possible de se rendre sur un forum consacré au logiciel ou sur un forum de documentation Linux pour demander aux communautés comment résoudre le problème, et dans le pire des cas, signaler directement le problème au créateur qui pourra le résoudre dans des délais plus brefs que les logiciels propriétaires (ces derniers n’étant mis à jour que régulièrement selon un calendrier pré-défini). Bien entendu, les logiciels libres présentent aussi la particularité d’être librement et gratuitement accessibles.

Je parle bien entendu de logiciels de base (bureautique, infographie…). Pour des logiciels pointus, il est fort possible qu’il existe un plus grand nombre de logiciels propriétaires de meilleure qualité que certains logiciels libres (s’ils existent).

Logiciels communs

Par « logiciels communs », je parle de logiciel que tout étudiant, quel que soit son niveau et son champ d’étude, devrait posséder sur son ordinateur.

  • Logiciels de bureautique : certains logiciels de bureautique libres sont installés dans la plupart des universités (OpenOffice…) ; je recommande l’utilisation de LibreOffice, installé par défaut sur les systèmes Linux récents, il présente une grande simplicité d’utilisation (encore que je garde des réserves sur cette qualité pour le tableur Calc, la version 2003 d’Excel me paraît plus simple à utiliser), ainsi que quelques avantages qu’on ne retrouve pas toujours chez son cousin OpenOffice (ex : une plus grande richesse des thèmes d’arrière-plan sur LibreOffice Impress que sur OpenOffice Impress).
  • Navigateurs web : sans surprise je recommande Firefox qui présente une interface agréable personnalisable, avec une navigation assez intuitive entre les outils, ainsi que de bonnes garanties de sécurité (inutile de vous dire que je compare ces qualités à celle d’Internet Explorer qui a en plus le défaut d’être extrêmement lent, indépendamment du type de connexion à Internet) ; bien qu’il ne soit un logiciel libre, je recommande aussi Google Chrome qui possède les avantages de Firefox, mais certains sont améliorés (la vitesse de connexion entre-autres) ; pour les gens utilisant Linux, il existe Chromium, un navigateur open-source dérivé de Google Chrome.
  • Visionneurs de documents : si vous utilisez GNOME, je recommande le logiciel Evince qui permet de visionner un grand nombre de types de formats de documents (PDF, Postscript…) avec un nombre fonctionnalités intéressantes comparables à celle d’Adobe ; pour les utilisateurs de KDE, l’équivalent de Evince est le logiciel Okular qui présente également un grand nombre de fonctionnalité intéressantes, ainsi qu’une large palette de formats supportés.
  • Logiciels de compression : pour lire les fichiers compressés, les décompresser ou les recompresser, il existe de nombreux logiciels libres. Je recommande entre-autres 7-Zip pour sa polyvalence (utilisable sur tous les systèmes d’exploitation) et Ark (KDE) pour les utilisateurs de Linux.

Logiciels spécifiques

  • Arts : pour les étudiants confrontés à un texte en latin sans avoir de dictionnaire et de connexion internet, vous avez la possibilité d’installer le Gaffiot en ligne directement sur votre ordinateur (à rechercher sur la logithèque Linux) à partir d’un programme nommé « Felix » qui affichera un scan de la page où est situé le mot que vous cherchez.
  • Audiovisuel : ces logiciels peuvent être utiles à des étudiants débutants dans des études d’arts audiovisuels ou même de journalisme ; si vous souhaitez enregistrer ou modifier des fichiers audio, un logiciel très adapté aux débutants et aux amateurs est Audacity ; Kino est un logiciel intéressant pour effectuer des montages vidéos ou des films (débutants et amateurs) de part la qualité et la précision de ses fonctionnalités, qui sont en revanche un peu complexes à prendre en main au départ.
  • Développement web : connaître les codes web et savoir les maîtriser est une nécessité pour les étudiants en informatique, mais est également très utile pour les autres ; le logiciel Kate (KDE) est un éditeur de texte polyvalent, car destiné en partie à la programmation (il peut également lire des fichiers textes), il peut prendre en charge les codes HTML, CSS, JavaScript, PHP… ; un autre éditeur de texte libre très bien conçu et simple à utiliser, mais uniquement destiné à Windows, est Notepad++ ; deux autres éditeurs de texte à signaler, car très courants sur les systèmes UNIX et compatibles avec un grand nombre de plate-formes (dont Windows et Mac) : Emacs et Vim. Pour la programmation en PHP, je recommande l’utilisation de Joomla!, car sécurisé, multiplate-forme et facilité d’interaction avec la communauté d’utilisateurs.
  • Infographie : une gamme de logiciels qui est destinée à tous les étudiants devant effectuer des travaux de création ou de modification d’images dans le cadre de leur travail (rapports scientifiques, thèses…) ; pour la retouche d’images, je vous conseille d’utiliser le GIMP, facile à utiliser, qui dispose de nombreuses fonctionnalités et qui peut supporter une très large palette de formats d’images ; pour la création de panoramas à partir de l’assemblage de plusieurs images, je recommande un logiciel simple à utiliser, mais très puissant nommé Hugin, il permet d’effectuer de nombreux traitements de mise en forme des diaporamas créés ; pour le travail sur des schémas vectoriels, je recommande le très célèbre logiciel de référence Inkscape ; enfin, si vous faîtes de la 3D, notamment avec des animations, je recommande un logiciel puissant et très complet (modélisation, animation, rendus…), utilisé dans l’industrie du cinéma pour les effets spéciaux : Blender.
  • Sciences et ingénierie : les logiciels développés en science et en ingénierie sont nombreux et très variés, mais la répartition du nombre de ces logiciels développés selon les matières est inégale. En chimie, il existe de nombreux visionneurs de molécules, ainsi que de tableaux de classification interactifs ; tous ces logiciels sont à retrouver sur l’utilitaire chimique de GNOME. En biologie, les logiciels sont très variés : on y trouve des visionneurs de molécules (Sequin…), des logiciels graphiques de traitement de données diverses, des simulateurs de vie ou d’évolution (Achilles, Avida…)… ; la plupart de ces logiciels n’ayant pas de site web explicitement indiqués, je n’ai pas pu y mettre de liens. En électronique, on trouve des logiciels de création ou de simulation de circuits électriques ou électroniques (Eagle, TKGate…), des calculateurs de couleur de résistance (gResistor…). En mathématiques, il existe des logiciels de traitement et d’analyse de données statistiques, des générateurs de fractales (Fraqtive…), des logiciels de calculatrice… a citer un logiciel très utilisé : GeoGebra. Bien d’autres logiciels existent, mais tous les citer prendrait une éternité.

Autres conseils

Pour ce qui est des systèmes d’exploitation, je ne ferai que conseiller d’utiliser celui qui est le mieux adapté à vos besoins et à vos envies. Mac/OS est très utile si vous faîtes beaucoup d’infographie, Linux et ses dérivés permet surtout de travailler de manière polyvalente avec des outils et des logiciels libres plus ou moins puissants, mais la plupart des logiciels pointus et spécifiques de qualité ont été créés pour Windows (à utiliser également si vous êtes un grand joueur :D). N’oubliez pas cependant que Linux est constitué de divers systèmes d’exploitation, certains ont été créés pour des besoins particuliers de travail (ex : Edubuntu pour l’éducation) ; si vous installez un système Linux, vérifiez s’il correspond le mieux à vos besoins, car chaque système dispose d’une panoplie particulière de logiciels différents destinés aux usages de l’utilisateur.

Pour la communication instantanée, pour par exemple pouvoir travailler en collaboration directe, vous pouvez utiliser l’IRC directement, plutôt que passer par des logiciels comme MSN. La connexion directe à l’IRC vous évite d’être confronté à des pubs et à des cookies et l’accès est rapide, facile, gratuit et n’a aucune nécessité d’inscription (l’inscription étant conseillé si vous êtes un utilisateur régulier). Pour accéder à l’IRC vous pouvez utiliser les webchats des différents serveurs IRC ou bien installer un client IRC (logiciels libres).

En conclusion, les étudiants (et les particuliers aussi) ont une large gamme de logiciels libres pouvant correspondre à leurs besoins en matière de travail autant que les logiciels propriétaires. Je me pose d’ailleurs la question : pourquoi les universités se ruinent dans des systèmes d’exploitation payants quant elles peuvent avoir des systèmes libres et en open-source ?