Comment augmenter la notoriété des sagas audio ?

Mon passage aux Joutes du Téméraire le week-end dernier m’a permis de découvrir IRL beaucoup de gens sympathiques au pôle des sagas audio, mais aussi d’alimenter ma réflexion sur comment pouvoir augmenter la notoriété du mouvement. Les comportements que j’ai pu observer et les échanges que j’ai pu avoir aux Joutes et sur IRC avec diverses personnes m’ont permis de voir plus ou moins où sont les endroits qui coincent, mais aussi pourquoi il est plus difficile de rendre aujourd’hui une saga audio célèbre qu’il y a 10 ans.

Une communauté alimentée par l’intérieur

Une caractéristique malheureuse qui a été observée dans le pôle des sagas audio est sa faible fréquentation par des personnes extérieures à la sagasphère (apparemment pas plus d’une cinquantaine sur les deux jours, sachant qu’une assez bonne partie semblait déjà connaître les sagas audio). Bien qu’il y ait d’autres facteurs qui ont eu un rôle non-négligeable (notamment la dispersion des différents pôles aux quatre coins de l’établissement), une chose qui a bien dissuadé la plupart des visiteurs potentiels est le côté IRL qui a pris le pas sur le côté festival à bien des moments. Je ne reprendrai pas les problèmes et comportements observés au festival même, car cela est déjà suffisamment débattu sur le forum, mais je vais plus me pencher sur l’aspect global de la communauté que j’ai pu y observer.

La communauté netophonixienne est ce qu’on pourrait nommer une communauté multipolaire fermée, c’est-à-dire qu’elle est organisée autour de plusieurs pôles de personnes, tout en ayant peu d’interactions directes avec l’extérieur. De fait, elle est alimentée par la sagasphère elle-même qui constitue une très grande majorité de ses membres et est son propre moteur. Le but initial de la communauté qui est de rassembler les acteurs de la sagasphère pour faire progresser le mouvement n’a certes jamais été détourné, mais une chose à noter est que la communauté a peu de liens globaux avec l’extérieur. Ces liens existent, mais sont indirects par le biais des différents acteurs participant au forum qui disposent autour d’eux d’une communauté propre extérieure à Netophonix. C’est pour cela qu’elle est multipolaire fermée : elle a différents pôles de personnes gravitant autour d’elle tout en ayant peu ou pas d’interaction avec eux.

Le temps des sites web de masse

Si les festivals sont un moyen de faire connaître le mouvement sagasphérique, il ne faut pas oublier que son principal moyen de diffusion historique et actuel est Internet. Les sagas de la première heure (Le Donjon de Naheulbeuk, Les Aventuriers du Survivaure, Adoprixtoxis, Reflets d’Acide…) sont également d’une manière globale les sagas les plus connues. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour l’expliquer : le caractère innovant de la saga audio à l’époque, le public touché par ces œuvres, l’humour bien trouvé, mais surtout l’absence à l’époque des sites web de masse tels que Youtube ou Dailymotion.

Or, où trouve t-on de nos jours les notoriétés ? Ou plutôt, grâce à quel genre de médias arrivent-elles à obtenir de la notoriété en peu de temps ? Grâce à des sites comme Youtube qui sont le pur reflet de la société de consommation où le public consomme et où les requins du marketing créent une icône sur la base du succès de quelques vidéos sur un site web. Mais d’un autre côté, il y a ceux qui arrivent à créer un buzz qui leur assure derrière une notoriété non-négligeable sur le web qui parvient à durer. La sagasphère peut-elle rivaliser avec cela grâce aux moyens de diffusion classique ?

Quelles ouvertures ?

Bien entendu, je ne prône pas la création de comptes Youtube pour diffuser les sagas MP3, car ce serait contre-productif pour les auteurs et la communauté ; les auditeurs auraient tout qui leur serait servi sur un plateau et ne feraient plus que consommer une saga comme ils consommeraient un Coca, avec en plus une qualité sonore moindre à cause de la compression de Youtube. Peut-on améliorer la communication sans se prostituer sur les sites web de consommation de masse ? Oui.

En interne du Netophonix, améliorer l’organisation de la liste des sagas audio, une chose qui est déjà en cours. Sur le plan des festivals, il n’y a pas de secrets : il faut essayer de séparer la partie IRL brute de la partie festival pour éviter le couac des 9 et 10 novembre dernier. Une assez bonne partie des membres de la sagasphère sont des étudiants et ont donc à leur disposition (je pense notamment aux radios campus) une palette assez large de moyens pour faire découvrir les sagas audio dans les milieux universitaires. Bien entendu, il faudra aussi trouver des innovations en matière de com’ sur Internet pour augmenter la visibilité du Netophonix (actuellement au rang 68 602 des sites web les plus consultés en France) qui doit être à mon sens un carrefour d’échanges et de découvertes à propos de la sagasphère.

Bien entendu, tout le monde dans le mouvement n’a pas pour but de voir ses œuvres connues comme celles de PoC ou de JBX, mais veulent juste se faire plaisir et faire plaisir à ceux qui veulent les écouter. Aussi, il ne faudra jamais perdre de vue qu’on ne peut pas imposer l’augmentation de la notoriété aux gens, mais juste l’offrir à ceux qui la désire. La diffusion par Internet est l’un des grands aspects des sagas audio qui ne doit pas être remplacé par un autre, mais le système actuel doit être amélioré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s