Wikipédia et Google : alliés ou adversaires ? (2)

Nous avons vus il y a trois semaines que si Wikipédia était en tête des recherche de Google, ce n’était pas une question d’accord économique ou autre. Les objectifs affichés de Google et de la Wikimedia Foundation sont clairement très différents, malgré la similitude que l’on peut parfois trouver dans certains contenus. Par ailleurs, il existe encore de nombreuses nuances qui différencient profondément ces deux organisations, notamment sur le plan économique et leur relation avec la vie privée des internautes.

Deux modèles économiques aux antipodes

L’un des grands sujets de divergence entre la Wikimedia Foundation et Google est le modèle économique sur lequel repose ces organisations et les projets qui leurs sont liés. Alors que Google reste dans le modèle économique classique qui permet le fonctionnement de toute entreprise dans le monde actuel, la Wikimedia Foundation fonctionne en dehors du système économique marchand. Du côté du géant américain du web, la principale source de revenus est la publicité qui permet de faire d’énormes profits grâce à la grande fréquentation des sites Google et donc au nombre d’entreprises et organisations qui misent sur une publicité via ces sites pour attirer de nouveaux clients. D’autres sources de revenus existent comme l’accès payant à certains livres de Google Books protégés par le copyright, bien que l’argent ne revienne pas totalement à Google. Ce modèle fait que l’entreprise fonctionne selon celui qui régit toute action économique de ce monde, avec des services proposés et des profits générés par différentes sources provenant directement des clients. Par ailleurs, Google est côté en bourse (NASDAQ) et le contenu de ses sites et services est géré par ses employés.

Vue des écrans du studio du NASDAQ

Wikipédia et Google : modèle économique citoyen contre modèle économique boursier (Luis Villa del Campo, CC-BY 2.0)

Les projets de la Wikimedia Foundation fonctionnent de manière totalement différente. Sur le plan économique, ils reposent essentiellement sur des dons faits par des particuliers, des organisations ou des entreprises et ne perçoivent aucun profit lié à une publicité ou à des abonnements, inexistants sur ces sites. De ce modèle économique citoyen découle un fonctionnement transparent et citoyen des différents sites qui sont financés et gérés par les citoyens eux-mêmes, invités à participer à l’élaboration de leur contenu sans grande contrainte. Le financement par les citoyens assure également une indépendance totale de ces sites vis-à-vis d’éventuels lobbys qui pourraient sinon jouer sur le levier du financement pour influencer le contenu des projets.

Vie privée et législations

Directement issue du mouvement de la culture libre, la Wikimedia Foundation fait partie des organisations les plus intransigeantes en matière de vie privée, et ne divulgue des informations sur ses contributeurs et lecteurs que dans des cas très exceptionnels que seule la loi américaine peut contraindre. Ce point s’explique à la fois parce que la Wikimedia Foundation fait partie d’un mouvement où la vie privée sur Internet est un des principes les plus importants, mais également parce qu’elle ne dépend pas autant des données personnelles que la plupart des autres sites web. Ces-dits sites, dont fait partie Google, dépendent énormément de nos données personnelles, car elles sont pour eux des génératrices d’argent ; grâce à elles, ces entreprises peuvent cibler leur publicité en fonction des consultations des internautes et aussi utiliser ces données pour des publicités. Un point qui n’existe pas chez la Wikimedia Foundation, puisqu’elle ne dépend d’aucune publicité.

Symbole du copyright

Le copyright, point de conflit permanent entre le web et les acteurs de la culture (Masur, d’après Zscout370, Boris23, Abu badali, Kyle the hacker, Cumulus, Auralux, Waldir ; DP)

On peut penser ce que l’on veut de Google, mais il faut bien admettre qu’il s’agit d’un temple de l’innovation en matière d’outils web. Un problème souligné par un certain nombre de spécialistes est que la plupart des innovations de Google peuvent se heurter à des législations ou peuvent voir leur usage primitif détourner à des fins plus ou moins malhonnêtes, et que l’entreprise semble ne pas prendre en compte ces problématiques lorsqu’elle diffuse un nouvel outil. La politique de Google semble plus de régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils apparaissent, ce qui peut parfois conduire à de grandes et longues batailles juridiques comme c’est le cas depuis quelques années avec Google Books qui oppose le géant du web aux plus puissantes organisations d’auteurs et d’éditeurs des États-Unis. Du côté de la Wikimedia Foundation, le respect des lois, et notamment des législations autour du droit d’auteur, est une notion importante. Mais de ce côté aussi, certains contenus peuvent se heurter à certaines législations nationales, ce qui peut mettre la Foundation en conflit relatif avec certaines organisations d’état ; conflits qui sont rapidement classés sans suite, du fait que les contenus de la Wikimedia Foundation ne dépendent strictement que du droit américain.

Influence sur le web

Les sites de la Wikimedia Foundation, et plus spécifiquement Wikipédia, ont une influence non-négligeable sur le web. Une influence qui est en grande partie due à l’excellent référencement des pages de l’encyclopédie en ligne sur les moteurs de recherche, et notamment le plus répandu en la personne de Google. Il ne s’agit pas d’une alliance ou d’un contrat contracté entre les deux structures, comme je l’ai précédemment expliqué, mais des caractéristiques techniques du site Wikipédia qui lui donnent un excellent SEO. L’influence de Wikipédia est également due à la facilité d’accès au contenu et à la richesse des informations que l’on peut y trouver, une caractéristique que l’on retrouve également chez Google. Les deux structures sont aussi connues qu’elles peuvent être controversées, mais elles partagent des objectifs à la fois semblables et différents, avec une influence sur l’accès à l’information sur le web qui est à présent très importante.

Comme Wikipédia, le succès de Google repose sur la gratuité, la richesse des informations disponibles et sur la facilité d’accès à cette information, ainsi que sur la pertinence des résultats proposés. Par ailleurs, le géant américain s’est construit un environnement d’outils qui lui est propre et qui permet à ses utilisateurs de faire différentes actions avec des outils différents dépendant d’une seule et même structure. C’est cette diversité des types d’outils qui permet à Google d’avoir le succès et l’influence qu’elle connaît aujourd’hui, bien que cela ne soit guère rassurant de savoir qu’une seule et même entreprise puisse emmagasiner toute l’information mondiale, à cause des dérives qui peuvent apparaître liée à une situation de monopole. Par ailleurs, le scandale du programme PRISM a montré que les utilisateurs de Google (et d’autres sites web influents) étaient la cible d’espionnages par les agences de renseignement américaines, violant de fait leur vie privée.

Malgré les nombreux points de divergence, Wikipédia, et même les projets de la Wikimedia Foundation en général, est-il vraiment adversaire de Google ? Répondre par l’affirmative serait très hasardeux. Certes, Google avait tenté de se mettre en concurrence avec Wikipédia par le biais de son projet d’encyclopédie collaborative Knol (fermé en 2012), mais les deux structures sont en réalité complémentaires, tout en étant en concurrence. Wikipédia et Google sont toutes deux des entrées vers la recherche d’informations sur des sujets précis, mais alors que Wikipédia présente ces informations de manière organisée sous forme d’articles encyclopédiques, Google les présente sous forme de liste de sites web organisée selon la pertinence liée à divers algorithmes.
Wikipédia et Google sont-il alliés ? Pas plus qu’ils sont adversaires. Google a certes été une rampe de lancement à Wikipédia et c’est également en partie lui qui, indirectement, lui permet de conserver sa notoriété et influence, mais la cause primitive du succès de l’encyclopédie en ligne provient de Wikipédia lui-même. On note cependant un grand point commun entre ces deux structures : elles ne créent pas d’information, elles ne font que rapporter ce qui se sait déjà. Aussi bien dans le cas de Wikipédia que de Google, c’est au lecteur de faire preuve d’esprit critique dans ses lectures et recherches pour prendre ce qui est de qualité et se méfier de ce qui est douteux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s