LinuxFr contre Linkeo : effet Streisand assuré

Il y a deux semaines, l’association LinuxFr a reçu une mise en demeure de la part d’un cabinet d’avocat, suite à une plainte de la société site Linkeo à propos d’un commentaire présent sur le forum linuxfr.org qui serait diffamatoire envers la société. Ce qui à la base ne devait être qu’une simple offre d’emploi s’est complètement retourné contre la société qui, en plus de subir un effet Streisand, subit également les foudres des internautes pour avoir attaqué l’un des plus populaires sites web français.

Les faits

Le 20 mars 2013, la société Linkeo poste sur le forum de Linuxfr.org une offre d’emploi pour un CDI d’administrateur système et réseau spécialisé dans l’open source. Ce message ne reçoit qu’une seule réponse le lendemain de la part d’un utilisateur du site qui critique la composition du site de la société (charset utilisé, la non-validation par le test W3C, design…) en utilisant des termes parfois agressifs. Courant mai 2013, l’association Linuxfr reçoit la lettre de la part du cabinet d’avocat de la société qui signale dans le commentaire de l’utilisateur du site des propos discréditant le professionnalisme de la société et portant atteinte à son image de marque.

Sachant que l’auteur de ces propos utilise un pseudonyme, il ne peut être identifié, le cabinet contacte donc logiquement l’éditeur du forum. Il met alors l’association en demeure, exigeant que le commentaire incriminé soit supprimé dans les deux jours et renchérit en affirmant que le site ne respecte pas la législation, car ne posséderait pas de page de mentions légales, ce qui produirait une impossibilité d’identification claire et rapide qui aurait fait subir un préjudice à la société. Ainsi, le cabinet rajoute une mise en demeure de 2 jours où il exige le remboursement de la somme de 1 500 euros (frais d’avocat engagés par la société). La lettre se termine avec la précision que si les exigences ne sont pas respectées par l’association dans les délais imposés, une procédure judiciaire sera engagée contre elle.

Vrai ou faux

Si certains propos tenus par l’utilisateur peuvent porter atteinte à l’image de la société, la critique d’une réalité observée ne constitue pas de la diffamation. La requête de supprimer l’intégralité du message relève d’une censure injustifiée, mais demander la suppression des expressions limite diffamatoires auraient été légitimes ; c’est précisément ce que LinuxFr a fait en supprimant les expressions soulignées par la lettre du cabinet, mais a conservé le reste du commentaire. Mais le point le plus cocasse de cette affaire est que le message qui a été supprimé dans son intégralité sur le sujet du forum de l’offre d’emploi de Linkeo est… l’offre d’emploi elle-même ; cette suppression est cependant logique, car le forum de LinuxFr n’a pas pour objectif de recueillir les offres d’emploi pour des compagnies privées.

L’accusation d’absence de page de mentions légales est en revanche complètement fausse ; la consultation de la page du forum sur webarchive.org datant du 18 mai 2013, soit 5 jours avant la rédaction de la lettre par le cabinet d’avocat, fait état de la présence d’un lien vers cette page qui existe depuis au moins 2011. En conséquence, la réclamation de remboursement des frais d’avocat à ce titre est infondée (l’association a d’ailleurs décidée de ne pas payer cette somme). La société nie par ailleurs avoir exigée une telle condition, et se défend en soulignant que s’agissant d’un cabinet d’avocats indépendant, ils ne peuvent pas contrôler l’intégralité des démarches du cabinet.

Conséquences : effet Streisand et attaques des internautes

À la suite de l’affaire, l’association publie le contenu de la lettre sur son forum et expose la situation. Au-delà des réactions sur le forum, les internautes se déchaînent sur les réseaux sociaux. L’une des principales attaques est de signaler que Linkeo n’applique pas à elle-même ses propres conseils, en soulignant une déclaration du responsable marketing de la société qui avait déclaré qu’il n’était pas toujours bon de répondre aux attaques des internautes, car cela avait pour conséquence de s’enfoncer davantage, plus que d’améliorer la situation. Pour tenter de calmer la tempête, le PDG de Linkeo envoie un message à LinuxFr le 1er juin 2013 où il s’excuse au nom de la société pour le vice de forme de la lettre envoyée par le cabinet d’avocat et indique que la société respecte les communautés open-source. Malheureusement, il est peu probable que ce message n’apaise les attaques des internautes qui ont pour particularité d’être extrêmement soudés et prompts à former un bloc dans les affaires de tentative de censure d’un contenu, dont les plus spectaculaires conséquences sont l’effet Streisand et aussi la perte de la réputation de l’organisation incriminée. Au-delà d’avoir perdue une grande partie de sa réputation auprès des internautes, il est peu probable que l’offre d’emploi de Linkeo pour obtenir un administrateur système et réseau open-source obtienne une réponse, si elle n’en a pas reçue avant le début de l’affaire.

Autres articles

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s