Carter des structures récentes sur OSM

OpenStreetMap nous offre la possibilité de cartographier notre planète en détail de manière simple et accessible, avec appui de sources très riches en informations. Un problème qui peut se poser est l’actualisation de ces sources qui est plus ou moins rapide selon les organisations, mais qui peut être résolu par un travail de terrain.

Environnements de travail

Pour cartographier, il y a deux grands environnements : le terrain et le bureau. Le travail de bureau consiste à faire les cartes derrières son ordinateur à partir de données provenant de sources ou bien récoltées sur le terrain. L’idéal dans le travail de bureau est de croiser les données de différentes sources fiables, tout en les confrontant à nos connaissances personnelles. Le travail de terrain lui consiste à relever les informations directement sur le lieu à cartographier. Les contraintes étant le transport, mais également le matériel nécessaire pour effectuer des relevés précis et fiables.

Si le travail de bureau est idéal pour la plupart des tâches, il trouve ses limites dans les zones en cours d’aménagement ou aménagées très récemment. Généralement, les sources utilisées sont mises à jour annuellement ou même plus ; mais les cartes d’OSM peuvent être mises à jour très rapidement en faisant un travail de terrain qui remplace aisément l’utilisation de sources qui ne sont pas mises à jour et dont l’utilisation peut être hasardeuse et assez imprécise si on cherche à se baser dessus pour mettre la carte à jour.

Repérage de coordonnées

Un point très important à retenir pour le travail de mise à jour à partir de données récoltées sur le terrain est qu’il n’y a pas de support physique de référence, en dehors de l’ancienne carte. JOSM donne la possibilité de créer des points en renseignant leurs coordonnées ; il est alors possible de faire un travail de terrain à l’aide d’un GPS en enregistrant les coordonnées des différents points des objets. Bien entendu, ce travail souffre du manque de précision qui caractérise les GPS civils ; il est alors possible d’augmenter la précision en utilisant des points de référence qui existent aussi bien sur la nouvelle carte que sur l’ancienne. Par ailleurs, la précision sera encore plus augmentée si jamais le repérage GPS est couplé à la collecte d’autres informations comme les distances, les orientations…

Il s’agit d’un travail lourd, mais d’un travail de cartographe professionnel avec ses contraintes, ses avantages et ses incertitudes. Je tenterai un tel travail sur la gare de Besançon-Viotte courant mai pour la mettre à jour après les nombreuses transformations qu’elle a subit ces derniers mois.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

LearnOSM vient de sortir en français

La version française du site LearnOSM vient de sortir. Ce guide, créé et géré par la communauté OSM, est destiné aux personnes qui veulent se lancer dans la modification de cartes OSM ; actuellement, seuls les guides pour débutants ont été traduits en français, les guides de niveaux plus avancés ne sont disponibles qu’en anglais.

LearnOSM est également disponible en anglais, en indonésien, en japonais, en portugais et en italien.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

We must save Wikinews

Note : il s’agit d’une traduction en anglais de mon billet du 3 avril 2013 ; je remercie mon collègue wikinewsien Gfsas pour avoir effectué ce travail.
Note : this is a translation in english of my post published the April, 3rd 2013 ; I thank my wikinewsian colleague Gfsas for have did this work.

Since March 29, a German Wikipedian request the outright closure of all the language versions of . The reason? According to him, the communities are not active enough, the content is not up and productivity is low. The solution proposed by this contributor would be to transfer the contents of Wikipedia on Wikinews, a mistake which, if committed, would definitely lose for Wikipedia its status of encyclopedia.

What is Wikinews ?

Wikinews is a project of the Wikimedia Foundation, launched in 2004 – 2005 whose purpose is provides current news free. Contrary to what some want to believe, this project does not overlap with Wikipedia, in fact, if Wikipedia is dedicated to transmit knowledge, facts analyzed, Wikinews is intended to provide information and facts, day after day, but only facts, without any analysis. In summary, if Wikipedia can say « Why it happened », « What were the consequences, » « It could have happened differently if … », Wikinews is intended to say « It happened like this « . In this sense, Wikinews can later be used like a source for Wikipedia encyclopedia articles.
Another major purpose of Wikinews is to provide content freely reusable and neutral. Neutrality is allowed by using work from various sources with different points of view. Moreover, Wikinews is not governed by financial reasons, it can afford to cover any topical without economic consequence of its operation and can especially provide quality information and not information for buzz up for sale more and more. Finally, the free reuse of Wikinews allows rapid spread of neutral and comprehensive information without going through the barrier of rewrite to comply with the copyright, with the only condition being Wikinews original cite the author of the article.

A disingenuous proceedings

A similar procedure for the removal of the English Wikinews was launched in 2012 and had reached maintaining of the project. The procedure launched a few days ago is already disingenuous for the simple reason that the applicant has no Wikinews communities warned of its approach (we owe our knowledge of this procedure to the piercing eye of some who wikinewsians follow news on meta). Even worse, the contributor was well launched a preliminary discussion with German colleagues, but German Wikipedia , without even telling the German Wikinews. Thus, the first concerned by this procedure almost did not have the right to speak in this debate !

Arguments

The proposer stated that he had made ​​an analysis of each language Wikinews, but with the use of Google Translate, some of its arguments are null and void from the beginning to this simple fact, including its assessment of the value of the information transmitted. According to him, most of the few active Wikinews (the Wikinews in French, for example) do not provide quality content or content « useful » for the reader, a simple argument based on personal opinion aided by an automatic translator. Second argument: low project activity; of course, most projects are nearly dead, but if we can offer them put to sleep, this is not in my view a reason to close the entire project in one time, especially those who are active.

Another argument derives from before, too few articles created; this contributor request a community of volunteers are not professional journalists to do the same job every day that journalists from AFP and Reuters! Not to speak that according to him, the quality of the content is poor or uninteresting, yet a personal opinion which can not be a valid argument. Not to mention he seems to forget that free projects are not governed by the concepts of productivity and profitability, its request goes completely against the spirit of free projects which indicates that we are volunteers and we work at our rate, when we want to transmit, what we want to send, to those who want to receive, regardless of whether they are 1 billion 1 million or shortly 10.

By accessing the arguments of some Wikipedians came to participate in the discussion, I noticed enormous lies based on personal views. Most people supporting this motion are in the category of “inclusionnists” for them all, even the hot news, may appear on Wikipedia, as such, Wikinews bothers them because it discredits and delegitimized their arguments about it. Some argue freely that Wikinews is known by anyone, and read by anyone, proving his worthlessness. In the example of the French Wikinews, which is the third in terms of consultation and the fifth in terms of content, what do we discover? For an unknown site and not consulted, it brings no less than 2413 de consultations per hour (giving 1,737,632 views for the month of February) with not less than 221 subscribers to his Twitter feed, you said unknown site and not consulted? We also note that if we can see some slowdown in most Wikinews, this is not the case with others who have a constant activity or growth, must they be sacrificed on the altar of all or nothing ?

The ultimate argument is that people are read on Wikipedia and not on Wikinews, but it may also be due to non-communication about what actually made ​​Wikipedia and rank it has great still mysteriously in Google searches.

A solution?

Of course, the contributor offers a simple solution to closing Wikinews: transfer content on Wikipedia, arguing that Wikipedia is much more reactive than Wikinews even in terms of timeliness. However, he forgets one important thing: as encyclopedia, Wikipedia can not receive rough information not analyzed, it is not a real-time media, it is Wikinews has this role. If it ever happens, Wikipedia would not be an encyclopedia, but a kind of catch-all contains everything and anything in the guise of being an encyclopedia. Contributor promotes the loss of a project to destroy the purpose and soul of another project; two disasters are a morally and ideologically unacceptable. This is why Wikinews needs to continue to exist.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Désintox : Wikipédia censurée par la DCRI ou pas

Depuis la publication des communiqués de la Wikimedia Foundation et de Wikimedia France à propos des pressions que la DCRI aurait exercée sur un administrateur de l’encyclopédie pour supprimer un article dont le contenu relèverai du secret-défense, la blogosphère et les médias nationaux ont relayés pendant tout le week-end ce fait inhabituel. On note cependant que quasiment l’intégralité des publications accusent la DCRI d’avoir voulu censurer l’encyclopédie libre, alors qu’après une analyse de l’historique de l’article incriminé, il apparaît que la demande de la DCRI n’était, comme je l’ai indiqué dans le billet d’hier, peut-être pas illégitime sur le fond.

Un article sans source

En consultant l’historique de l’article, on remarque que la version en ligne lors de la requête de la DCRI date du 22 juillet 2012. Une chose qui frappe est que l’article ne contient alors quasiment aucune source ! Une seule source est utilisée pour référencer une information précise qui ne représente pas même 10 % du contenu total de l’article. L’article sur la station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute a été créé le 24 juillet 2009 ; les informations qu’il contient ne sont pas reliées à des sources, mais un comparatif avec le documentaire réalisé la même année par TL7 nous permet de voir que l’intégralité des informations de l’article en sont tirées, il ne s’agit en aucun cas d’une violation du secret-défense. Cependant, quelques mois plus tard, un autre contributeur effectue un gros ajout sur cet article, toujours sans indiquer la moindre source. Ces informations sont plus douteuses, car nulle source n’existe sur ce sujet ; il est intéressant de noter que la quasi-totalité des informations ajoutées par ce second contributeur ont été supprimées lors de la refonte de l’article réalisée vendredi après sa restauration. C’est durant cette amélioration post-restauration que la vidéo de TL7 a été ajoutée comme source.

Dans ces conditions, les accusations de censure à l’encontre de la DCRI sont malvenues. En effet, rien ne nous prouve que la DCRI était au courant de l’existence de ce documentaire et en voyant les informations indiquées dans l’article, ils ont pu penser que cet article violait effectivement le secret-défense. Par ailleurs, certaines informations sans sources semblaient assez sensibles et auraient pu être bien concernées par le secret-défense, mais en l’absence de confirmation par la DCRI, il est impossible d’en être tout à fait sûr. Ce qui fait que les remarques comme quoi la DCRI aurait d’abord dû demander la suppression du documentaire avant celle de l’article sont caduques, cette source ayant été rajoutée à l’article le 5 avril, alors que la suppression de l’article date du 4 avril.

Confusion Wikimedia Foundation – Wikimedia France

Bien qu’il peut-être indéniable qu’il y ait eu un vice de forme dans la procédure de la DCRI, on peut se demande si elle était vraiment volontaire. Bien qu’il n’ait pas commenté cette affaire, le ministère de l’Intérieur a cependant indiqué à l’AFP « que à la demande du parquet, sous le contrôle de l’autorité judiciaire [cette personne, après un refus initial de retirer l’article,] a été mise en garde contre le risque d’engagement de poursuites judiciaires [dont elle pourrait être l’objet] en tant que responsable juridique de Wikipedia France ». Si cette version est belle et bien avérée, ce qui est interprétée comme étant une menace par la communauté wikimedienne qui fait très bien la distinction entre la Wikimedia Foundation et Wikimedia France, pourrait en réalité être une conséquence de l’amalgame qui existe encore et toujours entre ces deux structures (une théorie que mon collègue blogueur Pierrot le Chroniqueur soutient).

À ce niveau, je pense que tous les acteurs de la communication à propos de Wikipédia ont une responsabilité. Il nous est rapporté que l’administrateur convoqué dans les locaux de la DCRI et qui a été « forcé » de supprimer l’article aurait expliqué aux agents le fonctionnement de Wikipédia et les interactions entre les différentes structures. Cela est sûrement vrai, mais il ne faut pas non plus oublier que les agents avaient une vision de Wikipédia et de Wikimedia avant de convoquer cet administrateur et qu’ils ont probablement interprété ses explications comme étant une défense de sa part pour se dédouaner de ce fait. Mais pour ceux qui connaissent le fonctionnement de Wikipédia et de Wikimedia, les enquêteurs ont usé de menaces dont le caractère serait illégal (chose qui n’est probablement pas si évident avec les services secrets) ; cependant ces personnes oublient dans leur raisonnement que les personnes extérieures à Wikipédia et à Wikimedia ne connaissent pas forcement aussi bien qu’elles leur fonctionnement et que ce dernier échappe aux logiques d’un fonctionnement classique que l’on attendrait d’une telle entreprise.

Comment les choses se passent normalement ? Sur un article, il n’y a que deux types d’entités qui ont une responsabilité juridique : les auteurs et l’hébergeur, c’est-à-dire la Wikimedia Foundation, basée aux États-Unis. L’administrateur qui a été sommé de supprimer l’article n’avait aucune responsabilité juridique, car il n’était pas auteur de l’article et qu’il ne faisait pas partie de la Wikimedia Foundation, mais de Wikimedia France qui est une association de loi 1901 qui promeut le libre partage de la connaissance et les projets de la Wikimedia Foundation ; mais cette association n’est en aucun cas une filiale de la Wikimedia Foundation et n’a donc juridiquement aucune responsabilité sur le contenu de Wikipédia.

Attaque médiatique

L’affaire entre Wikipédia et la DCRI est sous le feu des projecteurs médiatiques, mais dans cette affaire, la DCRI est la seule responsable et est déjà accusée et coupable d’avoir tenté un acte de censure sur le contenu de Wikipédia. Outre les précisions que j’ai apporté précédemment, ces accusations sans fondement sont d’autant plus déplacée que la Wikimedia Foundation n’a jamais qualifiée l’action de la DCRI de censure. La qualificatif de censure ne se retrouve qu’une seule fois dans le communiqué de la Wikimedia Foundation où elle précise qu’ils ne peuvent traiter des demandes sans preuves, sous peine d’autoriser toute forme de censure sur l’encyclopédie ; mais à aucun moment ils ne qualifient explicitement l’acte de la DCRI de censure. Les médias se sont beaucoup basés sur le communiqué de Wikimedia France, qui sous-entend que la DCRI a effectué un acte de censure, et le billet du blog de Pierre-Carl Langlais qui a ouvertement qualifié de censure l’acte de la DCRI. La suite est une attaque médiatique classique : un sujet croustillant (les services secrets français contre le cinquième site web mondial), des qualificatifs choquants (la censure)… bref, tout le matériel pour booster un coup les consultations des sites et les ventes.

Dans cette affaire, je pense que tout le monde a une part de responsabilité et que mettre la DCRI seule au pilori serait une acte très injuste. L’acte de la DCRI a été interprété par des personnes qui n’ont pas songé que les agents du service n’avait pas forcement une aussi bonne connaissance de la nuance entre Wikimedia France et la Wikimedia Foundation, ce qui explique la virulence des attaques à son encontre ; une virulence déplacée et injuste. Bien entendu, tant que toute la lumière ne sera pas faîte sur cette affaire, on ne pourra pas dire qui a vraiment tort, qui a vraiment raison. Mais ce qui est sûr, c’est que nous sommes face à un scandale médiatique classique : on tire d’abord, on réfléchit après.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Wikipédia et la DCRI : secret-défense, anonymat et effet Streisand

Note : la plupart des réflexions abordées dans ce billet ont été faites à chaud durant le battage médiatique sur cette affaire ; le contenu de ce billet est à compléter avec mon billet du 7 avril 2013 qui relativise la situation après une nouvelle analyse.

La tentative de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI) de faire disparaître un contenu de la Wikipédia francophone, en exerçant une pression sur l’un des administrateurs, vient de nous montrer combien la contribution sur l’encyclopédie de manière anonyme est primordial pour protéger le contributeur des pressions extérieures et préserver l’indépendance de la communauté et la neutralité du contenu. Mais cela illustre aussi que de nombreux problèmes de communication sont toujours présents et illustre aussi un phénomène très célèbre du web.

Secret-défense

Au début de l’année 2013, la DCRI contacte la Wikimedia Foundation, organisme américain hébergeur de Wikipédia, de supprimer l’article relatif à la station hertzienne militaire de Pierre-sur-Haute, prétextant que le contenu de l’article serait classifié secret-défense. Cependant, face au refus de la DCRI d’indiquer et de prouver que le contenu, sourcé à l’aide de sources fiables et vérifiables (principalement un documentaire réalisé sur une chaîne régionale en 2009 avec le concours de l’armée et toujours disponible publiquement), est bel et bien classé secret-défense, la Wikimedia Foundation refuse le retrait de cet article.

Jeudi 4 avril, la DCRI convoque Rémi Mathis, président de l’association Wikimedia France et administrateur sur la Wikipédia francophone, dans ses locaux pour exiger le retrait de l’article. Malgré les explications de Mr. Mathis sur le fonctionnement de Wikipédia, les agents de la DCRI lui ordonnent la suppression immédiate du contenu sous leurs yeux, sous peine d’être placé en garde-à-vue et mis en examen. Rémi Mathis s’exécute donc et envoie un message sur le bulletin des administrateurs expliquant cette suppression unilatérale.

Projet international et amalgames

Plusieurs problèmes se posaient cependant. D’abord, Rémi Mathis n’a jamais contribué à la construction de cet article et n’en est pas l’auteur, autrement dit, l’article L413-10 du code pénal qui lui a été opposé ne peut pas vraiment s’appliquer. Bien qu’il ait la possibilité technique de supprimer l’article, seule la communauté est souveraine dans ce genre de décision. Par ailleurs, les contributeurs ne sont pas tous français (les versions étant linguistiques et non nationales), ce qui fait que même si les contributeurs français étaient tenus de respecter la loi française sur ce volet, ce n’est pas du tout le cas des contributeurs belges, canadiens, suisses… (l’article a d’ailleurs été restauré par un contributeur se trouvant en Suisse). Par sa nature internationale, le contenu de Wikipédia ne peut que respecter la loi américaine où sont situés ses serveurs (sauf cas exceptionnels comme le droit d’auteur où il recommandé de respecter également la loi du pays générant la plus grande part de trafic).

Je ne jugerai pas l’acte de la DCRI et encore moins la validité ou non-validité de cet acte comme certains se plaisent à le faire. Ces personnes pensent que cela aurait nécessité une action de la part d’un juge pour exiger ce retrait, mais de par son statut de services secrets, il est probable que la DCRI ait quelques privilèges en la matière. Une chose que je n’approuve cependant pas est l’utilisation de l’intimidation dans un état de droit comme la France, alors que cette affaire aurait pu être réglée de manière plus calme et raisonnée, évitant de fait un effet Streisand (voir plus bas). Il est cependant possible que la personne de Rémi Mathis ait été visée de part l’amalgame qu’il existe à propos du statut de Wikimedia France (qui n’est pas une composante locale de la Wikimedia Foundation et n’a aucun pouvoir décisionnel sur le contenu de Wikipédia) et à propos du statut d’administrateur de Wikipédia ; il s’agit dans ce cas-là d’un problème de communication à propos de Wikipédia qu’il faut régler de toute urgence.

Anonymat et indépendance

Un débat qui secoue actuellement la communauté est de retirer le statut d’administrateur aux membres du conseil d’administration de Wikimedia France, afin d’éviter que ce type d’événement ne se reproduise. Je ne pense pas que cela réglera vraiment le problème, car cela peut être réglé par la fin de l’amalgame entre Wikimedia France et la Wikimedia Foundation et une pédagogie du fonctionnement anarchique de la communauté wikipédienne. De mon point de vue, l’indépendance des contributeurs ne peut être que réellement assurée si ces derniers évitent la surmédiatisation et surtout, s’il contribuent sous pseudonyme. Créer un compte avec sa véritable identité n’est bien sûr pas interdit, mais comporte bien plus de risques que de créer un compte anonyme. Avec ce dernier, pour savoir qui vous êtes, une administration devra demander à celui qui détient les informations de votre compte (la Wikimedia Foundation dans ce cas, qui est réputée pour être assez peu encline à fournir des informations personnelles) de lui fournir votre adresse IP ; l’administration pourra alors remonter jusqu’à vous par le biais de votre FAI. Si vous contribuez sous votre véritable identité, une simple consultation des fichiers nationaux suffit pour vous localiser.

De mon point de vue, Rémi Mathis subit aussi les conséquences de sa médiatisation et de son imprudence à contribuer sous identité réelle sur Wikipédia. L’anonymat protège le contributeur des éventuelles pressions qui pourraient être exercées sur lui et préserve ainsi son indépendance. Des précédents auraient pu apparaître bien plus tôt en Italie, si la loi du gouvernement Berlusconi de 2011, permettant la suppression d’un contenu jugé diffamatoire sur simple demande de la personne concernée, était passée ; ou bien encore aux États-Unis et dans le monde si les lois SOPA et PIPA avaient été votées au Congrès américain l’an dernier.

Effet Streisand

Les conséquences de cet événement sont complètement l’inverse de que la DCRI voulait obtenir. Non seulement l’article relatif à la station a été restauré (bien que les passages non sourcés et potentiellement sensibles aient été supprimés), mais il est un excellent exemple d’un phénomène nommé sur le web l’effet Streisand ; c’est-à-dire que la tentative de suppression ou de censure d’un contenu sur Internet amène à une grande consultation et diffusion du-dit contenu. Pour preuve, l’article de la Wikipédia francophone relatif à la station est le premier article visité (devant celui de l’affaire Cahuzac), son contenu a été partiellement amélioré et a été traduit dans plusieurs versions linguistiques de Wikipédia et l’événement est relaté par de nombreux blogs francophones et médias étrangers. Reste à ce demander si la suppression d’un article dont le contenu pourrait relever du secret-défense valait tout ce ramdam ?

Toujours est-il que la DCRI n’a pas « attaquée » (bien que je ne perçois pas cela comme une attaque, je n’ai pas de meilleur mot) une seule personne, mais une communauté de milliers de gens, elle-même reliée à des millions de personnes et que cette communauté a réagit à ce qu’elle a considérée comme une tentative de censure. Peut-être la DCRI a t-elle raison sur le fond, nous n’en savons rien, mais la méthode utilisée a retourné l’acte contre elle-même.

Voir aussi