Guerres wikipédiennes : épisode 2

Il existe certains types de pages qu’il convient de ne jamais consulter sous peine d’y découvrir un véritable champ de bataille ou tous les participants se tirent dessus à l’artillerie lourde, et les PàS sont probablement celles qui battent des records depuis quelques mois.

Guerres et rameutages

Il faudrait être aveugle pour nier un clivage de la communauté selon les opinions de chacun, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une évolution sociologique normale de toute communauté, car n’oublions pas que la communauté n’est que le reflet de la société dans laquelle nous baignons tous. Le classique grand clivage est celui entre les inclusionnistes et les suppressionistes, se livrant à une guerre sans merci où tous les coups sont permis par PàS interposées. Petit rappel : les inclusionnistes considèrent que tout sujet mérite d’avoir un article détaillé, du moment que des sources plus ou moins valables existent sur le sujet ; les suppressionistes prônent quant à eux le respect plus ou moins absolu des critères d’admissibilité. Si nous observions surtout un conflit dont le principal moteur était la non-reconnaissance des critères et parfois la demande de leur assouplissement, voire même de leurs suppressions pures et simples, les arguments que l’on commence à voir de manière récurrente montre qu’aujourd’hui les avis dans les PàS, que ce soit aussi bien d’un côté que de l’autre n’est plus en fonction de l’encyclopédisme, des sources, mais purement idéologique.

La tendance actuelle est de voter conserver ou supprimer en fonction de qui a décidé quoi et non pas en fonction des sources existantes. Lorsqu’un clan voit que la situation échappe à son contrôle, il n’hésite pas à aller chercher directement des partisans pour qu’ils puissent voter dans leur sens (sans même lire l’article ou les arguments). Par ailleurs, les argumentations sont pour la plupart légères avec non pas des affirmations raisonnées, mais des affirmations sans aucune assurance (« il semble », « il se pourrait », « peut-être que »…) et purement spéculatives (« des sources pourraient peut-être exister », « bientôt ce sera »…). Les contributeurs ont à présent des dons de divination ? Est-il rationnel de donner un avis sans aucune argumentation valable et qui se base plus sur des sentiments que du concret ; au niveau des PàS, la frontière entre les avis exprimés par la raison et ceux émis par la croyance est très ténue. La construction d’une encyclopédie digne de ce nom se fait avec de la raison et non pas avec de la croyance et toutes les dérives qui en découle.

« Mouvements d’humeur »

Il est de notoriété publique que le bistro est le nid de toutes les discussions trollogènes possibles et imaginables que l’on puisse trouver sur Wikipédia ; mais il semble qu’il devienne aussi le lieu pour exprimer des « mouvements d’humeur », doux euphémisme pour annoncer que nous allons cracher sans aucune retenue sur nos adversaires en les traînant dans la boue avec un talent proche de celui des tabloïds britanniques. Manque d’arguments ? Idéologie ? Peut-être un peu des deux ? Toujours est-il que les gens n’hésitent plus à insulter leurs adversaires, exprimant un mépris et un manque d’ouverture selon la doctrine « celui qui n’est pas avec moi est contre moi » qui refuse tout dialogue rationnel avec l’adversaire et prône l’intolérance de tout avis ou idée qui ne correspond pas à leurs opinions, ce qui induit une intolérance vis-à-vis des personnes qui l’émettent, ce qui passe par l’attaque personnelle.

La plupart des gens ne cachent même plus qu’ils sont en croisade contre une opinion qui ne leur correspond pas et qu’ils souhaitent la voir être éjectée de Wikipédia avec tous les contributeurs qui l’accompagnent. Certaines personnes ont des opinions tellement bien ancrées à propos de leur vision de l’encyclopédie qu’ils en deviennent des fanatiques et agissent comme des fanatiques, avec l’intolérance et l’hypocrisie qui les accompagnent. Quel sera le bilan sur le long terme ? Difficile de le prévoir, mais il faudra espérer que le conflit restera confiné aux sujets qui font la spécificité des PàS et qu’il se résorbera avec le temps. Le monde n’a jamais vu des fanatiques triompher.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

6 réflexions sur “Guerres wikipédiennes : épisode 2

  1. Bof sur pas mal de points, j’en relève un seul.

    Les excès rhétoriques « cracher sans aucune retenue », « traîn[er] dans la boue » juste après un titre (« Mouvements d’humeur ») qui évoque une section ouverte par HB, douce comme une brebis -mais il y en a ailleurs dans l’article- discréditent le propos. Tu peux ramener le problème à un affrontement de « fanatiques », j’y vois plutôt un affrontement récurrent entre des gens de bonne foi parmi lesquels se glissent malheureusement quelques cervelles en forme de petit pois et un petit nombre de têtes à claque, peu nombreux mais très virulents et donc très visibles.

    Je ne suis pas aussi pessimiste que toi sur la nature humaine.

    • Je ne généralise pas non plus à tout le monde. Je ne conteste pas le caractère de bonne foi de la plupart des participants. Il est tout à l’honneur des gens d’avoir une vision du projet, de le prendre à coeur et de vouloir défendre ses opinions. Ce qu’il faut bien déplorer, c’est que certains ont des convictions tellement fortes qu’ils en oublient toute retenue et l’acceptation d’éventuelles critiques et c’est à partir de là qu’il faut distinguer le fanatique de la personne de bonne foi ; certaines personnes peuvent agir avec virulence, mais encore accepter les opinions des autres, c’est à partir du moment où ils manifestent une intolérance totale vis-à-vis de ceux qui ont une opinion différente qu’ils passent au stade de fanatique.

      Le titre de la section « Mouvements d’humeur » a surtout une valeur ironique vis-à-vis des euphémismes qui sont généralement utilisés lorsqu’il s’agit de désigner des propos extrêmement violents.

  2. Cette face noire de Wikipédia est désespérante. Si elle était plus connue, elle pourrait bien faire fuir quiconque s’y aventurerait. Heureusement que les lecteurs ou les nouveaux contributeurs ne la découvrent que tardivement (enfin, j’ose l’espérer, parce que quand on voit un soi-disant nouveau qui y participe, c’est certainement qu’il n’est pas si nouveau que ça…), sinon, le bel enthousiasme du néophyte qui découvre le projet et qui a envie de s’y investir se diluerait rapidement dans le dégoût. Et même pour les « anciens », ces querelles incessantes, ces horions sans cesse échangés, sont une véritable nuisance tout à fait démotivante. Mais ce microcosme wikipédien est-il bien différent de ce que l’on rencontre dans la vie quotidienne ? Ou n’en est-il que le reflet ?

    • Je dirais que Wikipédia est bien un reflet de notre société, comme toute communauté sur Internet. La seule différence est qu’il existe une barrière qui permet de produire de nombreux excès de langages que 90 % des gens n’oseraient pas émettre s’ils étaient réellement faces à leurs interlocuteurs. Le second problème est que les nouveaux débarquent avec une vision idéalisée et faussée de Wikipédia et de sa communauté. L’important est bien de les accompagner et de leur indiquer que ce n’est pas la communauté des bisounours et qu’il y a aussi des querelles ; sans cela, la déception sera encore plus grande.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s