Tout au web : Internet et les citoyens en danger !

Webmail, webchat, cloud… les applications destinées au web se multiplient et les grandes entreprises qui ont un monopole quasi-absolu sur ce genre d’application font aujourd’hui tout pour restreindre Internet au web, ce qui constitue à la fois un danger quant à notre liberté de naviguer sur Internet et menace la diversité et la créativité qui a permis à ce réseau de devenir le grand réseau mondial reliant tous les citoyens du monde que nous connaissons aujourd’hui.

Internet et web : quelle différence ?

Nombreux sont ceux qui ne voient pas la différence entre Internet et le web, les confondant même régulièrement, alors qu’en réalité la différence est grande. Le web est un système hypertexte fonctionnant sur Internet qui lui est un réseau ; en résumé, le web n’est qu’une application d’Internet parmi tant d’autres, dont les plus connues et utilisées sont les courriels et les messageries instantanées. Internet utilise en réalité un ensemble de protocoles de transmissions de données, ces protocoles sont spécifiques à chaque application ; ainsi, si le protocole HTTP est utilisé pour le web, c’est le protocole SMTP qui est utilisé pour les courriels, tandis que le protocole IRC est utilisé pour la messagerie instantanée.

Nous le voyons, Internet ne se limite pas au web et constitue une grande diversité de protocoles et d’applications. Si ces protocoles ne peuvent disparaître, la tendance actuelle est de limiter Internet en terme d’applications au web uniquement, mais le pire est que ces applications sont imposées et détenues par des entreprises multinationales qui cherchent à contrôler Internet par tout les moyens possibles et imaginables.

Notre liberté d’être sur Internet menacée

En contrôlant et en imposant des applications web pour remplacer des applications de l’Internet, les multinationales tentent de restreindre l’accès à Internet et de nous imposer leur vision, brimant la créativité et la diversité du réseau. Nous sommes contraints d’utiliser des services créés et imposés par des entreprises se croyant tout permis sur Internet et qui tentent de contrôler la navigation des citoyens sur le web et d’ainsi de contrôler leurs données personnelles (car notre navigation sur Internet en dit long sur nos goûts et autres). Pire encore, en restreignant l’accès à Internet à leurs seuls services web, elles peuvent prendre le contrôle du réseau, car le web ne devient alors que la face émergée de l’iceberg Internet que les citoyens voient, tandis que ces sociétés manœuvrent en profondeur pour manipuler le réseau comme bon leur semble. D’autant que ces sociétés font d’ailleurs front commun contre les internautes, ne voit-on pas régulièrement des scandales économiques entre sociétés multinationales des télécommunications qui ont signé des pactes économiques où le perdant dans l’affaire est le citoyen ?

Pour conserver notre liberté de naviguer sur Internet, il nous faut refuser les services web proposés (services qui ont pour la plupart le défaut de manger beaucoup de bande passante, dégradant la connexion) et continuer d’utiliser des logiciels externes comme les clients courriels ou les clients IRC (logiciels souvent libres). En utilisant ces logiciels, vous conservez la diversité et un contrôle personnel de votre navigation sur Internet en disposant d’outils que vous avez choisi et non des outils qu’un autre a choisi pour vous.

Notre vie privée menacée

Le cloud, quelle merveilleuse invention ! Enfin un lieu où nous pouvons sauvegarder nos données avec assurance de ne pas les perdre, enfin c’est ce qui nous est annoncé dans les pubs, mais est-ce bien la vérité ? Quand vous transférez vos données sur le cloud, vous les transférez purement et simplement sur des serveurs externes à votre ordinateur qui ne vous appartiennent pas. Le propriétaire des serveurs vous prête gratuitement une place dans ses serveurs pour y stocker vos données, sur le papier cela pourrait être intéressant pour le citoyen, mais il y a d’énormes problèmes qui font que la pérennité et la sécurité de vos données sur ces serveurs n’est pas garantie, tout comme leur utilisation. Première chose : vous ne savez pas où sont les serveurs qui stockent vos données, rien de vous prouve et ne vous garanti qu’ils sont situés sur le territoire de votre pays ; un représentant des autorités du pays où sont situés les serveurs peut à loisir les consulter et ordonner la suppression de certaines données pour des raisons X ou Y sans que le propriétaire des serveurs et vous-même aient à y redire quelque chose. Par ailleurs, l’organisation du cloud est faîte d’une telle manière que vous ne savez pas où et comment vos données sont stockées et organisées, vous ne savez pas qui peut les consulter et donc les réutiliser à des fins plus ou moins scrupuleuses, ce qui serait une violation de votre vie privée.

Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, le cloud n’est pas la seule solution pour stocker ses données à long terme. Oui, il fait avoir des lieux de sauvegarde de nos données divers et variés, mais les lieux gratuits proposés comme le cloud sont peut-être intéressant, mais ne sont certainement pas fiables au niveau de la sécurité et de la confidentialité. Vous pouvez parfaitement disposer de votre propre système de sauvegarde en investissant dans un disque dur externe ou dans un serveur, tel que le NAS (Serveur de stockage en réseau). L’inconvénient de cette solution est peut-être le coût de l’investissement pour obtenir ces outils, mais il vous coûtera beaucoup plus cher le jour où vous perdrez vos données qui étaient situées sur un lieu de sauvegarde sur lequel vous n’aviez aucun contrôle. Une bonne solution de long terme est d’investir dans un système de sauvegarde personnel sur lequel vous pouvez exercer un contrôle permanent, car il est situé chez vous, et qui peut vous offrir des garanties de fiabilité en terme de sécurité (les NAS sont un ensemble de plusieurs disques durs où chaque disque dur est une copie d’un autre, assurant une sauvegarde des données sur au moins un disque dur si les autres venaient à lâcher) et de confidentialité (vous seul avez accès à vos données et vous seul pouvez les contrôler).

En conclusion, comment pérenniser notre liberté d’être sur un Internet que nous choisissons et de protéger notre vie privée ? En choisissant des logiciels personnels installés sur notre ordinateur, en refusant des services imposés par des personnes qui n’ont aucune légitimité et qui tentent de contrôler le réseau par des moyens plus subtils que des propositions de loi et en optant pour des lieux de sauvegarde de nos données que nous choisissons et que nous contrôlons. C’est aussi ça l’Internet libre, c’est celui que le citoyen choisi et contrôle.

Advertisements

3 réflexions sur “Tout au web : Internet et les citoyens en danger !

  1. Eh oui, c’est tout à fait exact ce que tu dis, mais…. Si autrefois je maintenais un site web à base de html et css, créé avec mon éditeur de texte préféré, et transféré par ftp (tiens, un autre protocole !) chez l’hébergeur, maintenant, par fainéantise, j’utilise les services de Google ou de WordPress (même si textes et images sont aussi sur mon propre disque dur). Comme quoi, même les « anciens » sont faillibles, alors quid de ceux qui découvrent Internet ?

    • Je ne veux pas non plus dire qu’il faut renoncer à tous les services proposés par ces entreprises, certains services sont utiles et ne sont pas trop dangereux en terme de confidentialité et de vie privée (pour exemple, j’utilise Google Drive pour faire des travaux collaboratifs avec d’autres étudiants). Ensuite, il y a le problème matériel, tout le monde ne peut pas acheter un serveur et encore moins se procurer le matériel pour lui garantir des conditions lui permettant d’être actif 24h/24 et 7j/7. Il ne faut renoncer à tout ce qu’on nous propose sur le web, mais faire la distinction entre des services utiles et sécurisés et des services dangereux pour notre navigation sur Internet et pour la diversité du réseau.

  2. Pingback: « Vous n’avez rien à cacher, donc vous n’avez rien à craindre » : défendez votre vie privée | Juraastro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s