Internet : le subconscient des pensées et des luttes de l’Humanité

Il est parfois des soirées devant la télévision qui peuvent se révéler fort instructives et qui peuvent nous amener à réfléchir sur ce qu’est Internet et sur le rapport que l’Humanité entretient avec lui, pour le meilleur comme pour le pire. La soirée d’hier fut très enrichissante de ce point de vue entre l’émission le Vinvinteur sur France 5 qui a présenté des sites qui servent de véritables défouloirs (à côté d’eux, Twitter fait figure de nain) et ensuite le film Gandhi sur Arte.

Un défouloir né de la liberté d’être

La plus grande caractéristique d’Internet est d’être une entité irréelle sur laquelle nous avons une liberté quasi-totale de faire ce que bon nous semble. Cette liberté provient en grande partie de l’anonymat (chose fustigée par les grands penseurs qui ne peuvent concevoir qu’une chose aussi importante puisse échapper à leur contrôle) qui nous offre la possibilité de faire et de montrer le meilleur comme le pire de nous-même sans risque d’être réprimandé. De plus, la dimension mondiale d’Internet fait qu’il échappe à un contrôle global et aux lois des différents pays à partir du moment où l’utilisateur effectue des choses qui ne sont pas illégales dans le pays où le site est hébergé (expliquant le problème de Twitter en France, car hébergé aux USA où des propos choquants sont plus facilement acceptés au nom de la liberté d’expression).

Sur Internet, l’Homme montre sa nature profonde et ses pensées réelles. Il ne montre aucune hypocrisie pour peu qu’il ne puisse être identifié autrement que par un pseudonyme non-localisable. Ainsi, il peut exprimer des choses qu’il n’oserait jamais dire en public, car ses propos seraient considérés comme immoraux, voire illégaux. S’agit-il de lâcheté ? Je ne serais pas aussi catégorique ; autant je pense que nous nous devons de respecter autrui en tant qu’être humain, autant je pense que cataloguer et lyncher publiquement une personne qui pense différemment est une forme de non-respect de la-dite personne. La société a toujours eu ce défaut de vouloir décider comment penser et d’opprimer ceux qui pensent différemment, voire qui s’y opposent totalement (la tyrannie de la majorité décrite par John Stuart Mill dans son essai De la liberté). Internet est un moyen de résister à cette tyrannie de pensée qu’exerce la société sur l’individu. Cependant, cela ne veut pas dire que je légitimise les propos orduriers que certains tiennent par lâcheté ou par ignorance, car ils ne sont en aucun cas capables de les assumer en public.

Sur Internet, l’Homme est ce qu’il est réellement, il n’est plus l’Homme que la société veut qu’il soit. Sa liberté d’agir est sa liberté d’être.

Défendre une cause sans faire usage de violence

Internet offre aux citoyens un nouveau moyen d’exercer des pressions et de lutter contre l’injustice. Le caractère mondial fait qu’aujourd’hui, ce n’est plus un peuple ou un fragment de la population qui se compterai en quelques milliers de personnes en plusieurs jours, qui a la capacité d’agir, mais des millions de gens à l’échelle du globe (les révolutions dans les pays musulmans en sont un bon exemple). Cependant, Internet n’efface pas les violences qui peuvent apparaître durant nos luttes, il permet même parfois de les renforcer en créant des violences virtuelles dont l’impact peut aussi conséquent, voire plus fort que des violences réelles. Il est certes possible que la non-violence puisse être inadaptée à certains cas de figures, mais il ne me semble qu’il n’ait jamais été prouvé que les actions violentes aient menées à quelque chose de constructif et de durable sur le moyen et le long terme.

Agir et lutter via Internet nécessite, pour avoir une certaine crédibilité, de ne pas répondre à la violence par la violence, surtout lorsqu’Internet offre la possibilité de dire des choses que nous ne serions pas même capable de dire face à une personne dans la vie réelle. Internet peut être une arme de lutte et un moyen de coordination pour lutter réellement à grande échelle avec efficacité sans pour autant faire usage de violence qu’elle soit verbale. L’envoi de logiciels malveillants pour paralyser un système est une forme d’action non-violente. Cependant, cela ne doit pas non plus conduire à manquer de respect envers les individus en exhibant l’intégralité de leur vie privée au monde entier. Si certains hommes sont en effet de véritables ordures par leurs actes, lutter contre eux en violant leur intimité les relègue au rang de victime et les hackeurs deviennent alors des criminels au yeux de l’opinion (en grande partie manipulée par les médias) ; au final, l’action aura eu l’effet complètement inverse.

Quels sont les moyens de lutter de manière non-violente sur Internet ? En organisant des événements qui peuvent paralyser un réseau, en créant des journaux web qui peuvent ensuite diffuser des nouvelles de manière virulente sans pour autant tomber dans la facilité de l’insulte, en créant des contre-courants pour briser un certain monopole certains domaines (logiciels libres…) et bien d’autres choses. Certaines de ces actions sont illégales me direz-vous, mais la plupart de ces actions violent des lois injustes et le principe de la désobéissance civile n’est pas de toujours rester dans la légalité lorsque celle-ci se montre injuste envers les citoyens. Dans nos sociétés démocratiques, les citoyens sont sensés être les souverains de leur propre pays, mais force est de constater que le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’une oligarchie que les citoyens ne font qu’accepter, car nulle alternative sérieuse ne leur est présentée. Lorsqu’il s’agit de lutter contre un lobby ou une multinationale, les états sont souvent mis en défaut, montrant la faiblesse de leur pouvoir face à des voyous économiques (que je n’hésiterai pas de qualifier de criminels contre l’Humanité) ; c’est là que les citoyens peuvent montrer leur pouvoir et arriver à réussir où l’état a failli. Cependant, la plupart de ces actions ne donnent aucun résultat ou très peu, car dans nos sociétés où la consommation est reine, les citoyens veulent avoir ce qu’il veulent instantanément ; une lutte longue n’est pas possible, car les citoyens n’en ont pas la volonté et se découragent bien trop vite, peut-être parce qu’ils sur-estimaient leur force ou qu’ils sous-estimaient la puissance de ceux à qui ils s’opposent ou même qu’ils sont un peu trop naïf pour penser que la plupart des gens qui dirigent les multinationales se soucient d’autrui.

Contrôler Internet : une utopie

Les états et les lobbys de certains domaines ont bien compris le danger qu’exerce pou eux un Internet mondial sans véritable contrôle. L’idéal est pour eux de contrôler Internet et d’ainsi de contrôler les actions des citoyens et de briser leur liberté d’agir. Les expériences successives montrent que toutes les tentatives de contrôle d’Internet par la législation, que ce soit à l’échelle de l’ONU, des USA ou de l’UE, ne pourront jamais se faire. Contrôler Internet est une utopie, car il est fait par les citoyens pour les citoyens et un réseau d’amplitude mondial ne pourra jamais être contrôlé. Internet démontre aussi la puissance que peuvent avoir les citoyens lorsqu’ils font front commun contre ceux qui tentent de briser leur liberté. Dans un monde fragmenté par des états rivaux et des entreprises rivales, un contrôle d’une entité mondiale ne sera jamais possible et c’est pour cela que les citoyens doivent profiter des opportunités qu’offrent Internet pour lutter et s’exprimer tout en respectant l’Homme.

Licence Creative Commons
Cette œuvre de Juraastro est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s